De la dernière couvée

À l’ombre de Maman – photo T-Bear

(cliquer sur les photos pour les agrandir) 

promenade dominicale – photo T-Bear

camouflage de caméléon ou presque – T-Bear

On a eu un temps exceptionnellement beau et chaud pour ce long congé de la fête des Patriotes (ou du « dollar désormais » comme le propose T-Bear). 33° dimanche et 30° lundi sous un soleil éclatant de jeunesse. Ces nuits ont été chaudes aussi pour la jeunesse dans les rues de Montréal, mais ça, c’est une autre histoire. Il semblerait que le vent ait soufflé du mauvais côté de l’atlantique apportant avec un front orageux pluie et rafraîchissement. Il fait un froid de canards en France, mais ici, les canards avec les parents bernaches en ont profité pour montrer et promener la dernière couvée, cuvée 2012.

les canetons indisciplinés – Photo T-Bear

 Tandis que les canetons s’en vont à vau-l’eau, les bébés Bernaches sont bien plus disciplinés au fil de l’eau.

la file indienne des oisons outardes – photo T-Bear

À la place de file indienne, on devrait dire file outarde.

En premier plan les oisons et toujours plus proches de l’eau pour se sauver, broutent les canetons – photo T-Bear

Mais dès qu’ils sont à terre, la belle discipline s’effrite, tout en restant proche de maman et du papa qui vole dans les plumes de tout volatile ou écurieux qui s’approche trop.

« C’est pas juste Papa ! J’en ai pas eu ! » proteste le petit oison à droite. Mais Papa n’écoute pas, il s’apprête à foncer sur la mouette qui déjà ouvre ses ailes pour fuir – photo T-Bear

Comme toute famille, les petits se disputent les meilleurs morceaux sous le regard attentif des parents qui n’interviennent pas, ça fait partie de l’éducation. Rien ne vaut la promenade en famille le long du sentier.

« Là, regardez, ça c’est un lombric ! Délicieux.  » – Photo T-Bear

C’est incroyable ce que leur duvet peut changer de couleur pour former un bon camouflage. Incroyable aussi la façon dont ils grandissent vite.

C’est fou ce qu’ils grandissent vite. – photo T-Bear

On comprend que les parents puissent être si patients avec leurs petits. À peine ont-ils fini de leur donner la becquée que les voilà envolés.

À peine a t-on fini de leur donner la becquée que les voilà envolés… – photo T-Bear

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans LA JÔSETTE DE L'ÎLE-DES-MOULINS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s