La grève des cocottes.

Chaque vendredi, Grand-Papa T-Bear reçoit Charlotte sa petite fille pour le repas de midi entre ses deux périodes d’école. Comme il faisait froid, T-Bear lui avait préparé de la tourtière en avant goût de la période des fêtes. À la fin du repas, T-Bear lui a demandé si des oeufs à la coque (3 minutes) avec des mouillettes lui agréeraient pour la prochaine fois. Elle adore.

Gros bout ou petit bout ?

Comme il restait du temps avant son retour en classe, Grand-Papa lui a demandé si elle était Gros-boutienne ou Petit-boutienne. ???? Manifestement, elle n’avait jamais entendu parler ni de Gulliver ni des Lilliputiens. Pour remettre au goût du jour Gulliver, T-Bear l’a transformé en astronaute. Une fois, son vaisseau spatial ayant eu quelques problèmes, il a dû atterrir en catastrophe sur une petite planète. Laquelle ? Demanda Charlotte au conteur en lui citant les plus connues de star wars. T-Bear éluda la question en lui disant que ça se passait dans une autre galaxie. Au fil de la narration, Charlotte aima beaucoup s’imaginer en géante face aux Lilliputiens qui étaient si petits si petits que leur tête sentait les pieds… Mais dangereux quand-même parce qu’ils étaient aussi nombreux que des fourmis… Mais gentils quand-même une fois mis en confiance, ces grands amateurs d’oeuf à la coque. Et alors on en vint à la façon de placer son oeuf dans le coquetier pour le « décapsuler ». Gros bout ou petit bout ? Grand Papa montra en expliquant. Il conta ensuite comment cette différence d’opinion créa une division terrible dans la population entre les adeptes du gros bout, les Gros-boutiens et ceux du petit bout, les Petits-Boutiens.  Tellement qu’ils en firent chacun une religion et finirent par se déclarer la guerre. Rire moqueur de Charlotte

– juste pour ça ils se sont fait la guerre ?

– Et oui – répondit Grand-Papa – Comme ce qui s’en vient sur notre planète entre les Chrétiens et les Musulmans,  juste parce qu’on n’adore pas le même prophète. T-Bear n’a pas osé effleuré le sexe des anges, ridicule cause du conflit qui a séparé Orthodoxes et Catholiques.

– Les Lilliputiens utilisaient-ils des pouvoirs spéciaux comme les Jedi pour se combattre, demanda Charlotte ?

– Non, répondit Grand-Papa, juste des canons.

Réflexion de Charlotte suivi d’un rire.

– Est-ce qu’ils se tiraient des oeufs, questionna-t-elle à la blague ?

– Oui, fut la réponse, les Gros-boutiens par le gros bout et les Petits-boutiens par le petit, ça va de soi.      Rire.

Et comment ça a fini ?

Comme T-Bear n’avait pas le temps de raconter toute la vraie histoire, il lui dit simplement :

– Les poules ont fait grève de pondre.

– Hein ?

– Et oui, elles en avaient mare d’être contre leur gré des usines d’armement.

– Ah ! Et ça a marché ?

– Oui parce que malgré les menaces, elles ont préféré mourir plutôt que de fabriquer des machines à tuer. Alors, plus de munitions, plus de guerre et plus d’oeufs à manger, plus de Gros-boutiens ou de Petit-boutiens.

Charlotte dû quitter pour ne pas être en retard. Puissions nous trouver vite nos poules intelligentes !!!

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui : Prix Nobel de la paix 2. 

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article, publié dans La famille à T-Bear, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s