Slurp ! Miam miam : Action de grâce, les restes.

T-Bear

T-Bear

En cette superbe 2e fin de semaine d’octobre, c’est dans tout le Canada la fête de l’action de grâce. Bien que le Québec soit en passe de devenir un état ultra laïc, c’est un jour férié, donc chômé et payé. Et en fait le Québec a raison puisque c’est une très vieille fête païenne, la fête des moissons et vendanges que la Chrétienté a reprise à son compte et revalorisée en Amérique du Nord. C’est pourquoi elle a toujours lieu l’automne.

Peinture de Léon Lhermitte

La paye des moissonneurs – Peinture de Léon Lhermitte

Nous, c’est le 2e lundi d’octobre depuis 1957. les Américains eux fêtent leur thanksgiving Day (littéralement « merci (Dieu) de ce que tu nous a donné) le 4e jeudi de novembre. Ils commémorent la 1e récolte effectuée en 1621 par ceux qui restaient des 102 puritains débarqués l’année précédente du fameux Mayflower. les rescapés furent sauvés des vicissitudes de l’hiver et de la famine par les autochtones. Les pauvres. Ils ne savaient pas que leur générosité allait se retourner contre eux et procurer bien des malheurs à leur race au nom de l’amour d’un Christ qu’ils ne connaissaient pas encore.

1st thanksgiving - peinture de Jean-Louis Gerome Ferris

1st thanksgiving – peinture de Jean-Louis Gerome Ferris

Mais revenons à cette 1e action de grâce,  les Wampanoags y furent invités pour les remercier de leur aide et ces chasseurs agrémentèrent de dindes sauvages le frugal repas des premiers colons. Et c’est de ce temps là que s’établit la tradition de trucider ces volatiles pour l’action de grâce. Pauvres bêtes. En fait, elles allaient devenir l’animal sacrificiel « privilégié » des festivités chrétiennes en lieu et place de l’oie.

Prise de Québec par les Anglais peintre ?

Prise de Québec par les Anglais peintre ?

Bien que la fête des moissons ait été célébrée aussi par les premiers colons Français au Canada, c’était le cochon à qui on faisait la fête comme en France. C’est la défaite française suivie de l’invasion anglaise et surtout des loyalistes qui ont importé au Canada le sacrifice de la dinde pour l’Action de Grâce. 

dindonC’est pourquoi depuis plus d’une semaine nos supermarchés regorgent de dindes surgelées car il ne s’en vend plus de frais et pour cause, elles sont toutes importées de Chine sous label Nord Américain. dinde rôtieAlors, si vous vous baladez dans toutes les rues du Québec aujourd’hui, la même odeur alléchante de dinde rôtie vous fera saliver aux abords de chaque maison. mmmmhhhh ! Slurp miam miam. Mais voilà, dès les lendemains lourds et migraineux du festin, que faire avec les restes de l’énorme oiseau ? Car après avoir bien régalé la famille et les invités, il en reste toujours et beurk ! On en est vite saturé. dindons de la farceBien entendu, on peut éviter ce problème en se faisant inviter par les autres. Mais arrive un moment où il faut bien se sacrifier à son tour en même temps que la maudite bestiole. Bon, il y a toujours les vol-au-vents (les bouchées à la Reine au Canada) ou le pâté au poulet/dinde avec la C…. de sauce blanche qui colle l’estomac aux boyaux, mais là encore on en a vite raz-le-bol. T-Bear a découvert d’autres façons de recycler la bestiole pour en faire quelque chose de pas trop pire et d’original à déguster. En voici une vite fait bien fait :

rillettes de dinde à l'estragon

rillettes de dinde à l’estragon

Les rillettes de dinde 

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 500 g de restes de dinde viande brune de préférence (ça tombe bien puisque tout le monde s’est rué sur la viande blanche).
  • 2 oignons ou 4 échalotes françaises
  • 1 cuillère à soupe d’estragon
  • 100 g de yaourt nature
  • 1 c. à thé de coriandre moulu
  • 1 pincée de muscade
  • sel et poivre

Préparation :

Épluchez les oignons ou les échalotes, découpez-les en morceaux ainsi que la dinde. Mettez-les dans un robot en rajoutant le yaourt et les épices. Broyez plus ou moins grossièrement selon vos préférences. Ajoutez l’estragon, salez et poivrez à votre goût et bien mélanger à la cuillère. Tassez le mélange dans une terrine et placez-le au réfrigérateur pendant au moins 2h avant de servir en tartinade ou sur canapé.

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui : Nos belles de la paix.

 

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans SLURP ! MIAMIAM. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s