1 poisson vaut mieux que deux tu l’auras

Il était une fois un millionnaire qui prenait ses vacances dans son luxueux château au bord de la plage dans une île des caraïbes. Top_Villa_Luxe_Javea_Costa_Blanca_EspagneEt dans la même île, il y avait un pêcheur pauvre qui habitait une paillote. Et chaque matin à l’aube, le pêcheur avançait dans la mer émeraude pour lancer son filet. Très vite il attrapait du poisson. Il gardait le plus gros et rejetait les autres à la mer. Il en prenait un de plus pour le vendre au millionnaire les rares fois où celui-ci résidait dans son palais. Et chaque fois le millionnaire voyait avec étonnement l’homme pauvre rendre à la mer son surplus de poisson au lieu d’aller le vendre au marché pour sortir de sa pauvreté. Et le millionnaire haussait ses épaules en balançant la tête et en disant : ah ! Pauvres gens, pauvres gens. pêcheurUn jour, n’en pouvant plus, il héla l’homme pauvre et lui posa quelques questions sur sa famille pour l’amadouer. Le pêcheur avait une femme et déjà 4 enfants bien qu’il soit à peine sorti lui-même de l’adolescence. Et ils vivaient tous du seul poisson que l’homme pauvre ramenait après sa 1/2 heure de travail. Le millionnaire lui demanda ce qu’il faisait le reste du temps. Le pêcheur lui dit qu’il jouait avec ses enfants, et qu’il allait se baigner longuement avec toute sa famille entre deux siestes. Le millionnaire lui demanda pourquoi il rejetait à la mer tant de poisson alors qu’il pourrait se faire de l’argent en les vendant au marché. Et puisqu’il avait tellement de temps à ne rien faire, pourquoi ne le passait-il pas à pêcher pour se faire de l’argent. Il pourrait même devenir propriétaire d’un bateau, avoir des employés et peut-être devenir un jour riche comme lui, le millionnaire. Et l’homme pauvre lui demanda comment était la vie de millionnaire. plage aux CaraïbesL’homme riche  lui répondit qu’après avoir beaucoup travaillé et gagné beaucoup d’argent, un millionnaire pouvait s’offrir de belles vacances dans une île paradisiaque, se baigner toute la journée et faire des siestes pour se reposer quand il en a envie. Alors le pauvre pêcheur partit à rire en disant : si c’est ça être millionnaire, je suis bien plus riche que toi parce que je fais tout ce qui fait ton bonheur sans travailler plus qu’une demi heure par jour et avec tous tes soucis en moins. Et il s’en alla en riant et en secouant la tête et en se disant : ah ! Pauvres gens, pauvres gens.   

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans ÉLUCUBRATIONS À T-BEAR, C'EST AINSI QUE LES HUMAINS VIVENT. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s