Égoïsme

Lundi matin 25 novembre, il fait -15°C et avec des vents de 30 km/h, ressenti -20°. Dans un mois, ce sera Noël.

photo T-Bear

du givre dans les fenêtres de la tanière – photo T-Bear

Les squelettes d’arbre mus par le vent écrivent dans un ciel maladif et blafard des prières pour que la blanche neige vienne les habiller pour les fêtes.

Entre 3 nuées - T-Bear

Entre 3 nuées – T-Bear

Et tout d’un coup, entre 3 nuées, un soleil voilé leur adresse un clin d’oeil pour les rassurer. Alors les fenêtres de la tanière à T-Bear se sont brièvement illuminées de givre perlé, comme un tribut aux lumières de Noël.

arborescence de lumière - T-Bear

arborescence de lumière – T-Bear

T-Bear inspiré a pris son clavier pour y pianoter ce poème.

Égoïsme
 Pelotonné dans mon bien-être
Tout au fond de ma tanière
Je vois le givre sur ma fenêtre
Graver des plumes de lumière.
 
Qui es-tu bel ange ainsi venu
Signer d’un coup d’aile à ma fenêtre
Tes angoisses ou tes joies du non-être
Avant de t’envoler aux nues ?
 
Dehors, il fait un autre monde
De froidure de vent et d’hiver
Où les gens vont à la ronde
Courir à leurs travaux divers.
 
Dehors, il y a le bruit et la pollution,
La richesse indifférente à la misère,
Le métro où échouent les pauvres hères
Et les politiques verbeux sans solution.
 
Dehors, il y a guerres et scandales,
Des vies, des cris et chuchotements,
Des génies, des artistes et des vandales
D’un univers indifférent à nos tourments.
 
Et même toi, ange gardien de nos prières,
Espoir imaginaire, tu ne peux rien y faire.
Alors, moi, moi, prétextant ton mutisme,
Je me replie derrière mon égoïsme.
 
 
Pelotonné dans mon bien-être
Tout au fond de ma tanière
Je laisse le givre sur ma fenêtre
Graver tes larmes de lumière.
 
T-Bear 25/11/2013
 

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui : refaire des bébés Chinois.

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans poète, poète. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s