La Jôsette de l’Île-des Moulins

29/11/2013 - T-Bear

29/11/2013 la rivière chârie des glaces – T-Bear

Malgré les -9°C (-19° pendant la nuit) et malgré le vent (ressenti -16°), il faisait trop beau pour rester à la tanière en cet avant-dernier jour de novembre. Gros vieux nounours T-Bear est allé faire son tour à l’Île des Moulins, balade qu’il n’avait pas faite depuis la bordée de neige de mercredi 27 novembre. En allant à la bibliothèque de l’Île la veille de ce mercredi blanc, il avait constaté que l’eau était partout libre et coulait à flot dans les déversoirs. Il a suffi de 3 jours de grand froid pour qu’une petite épaisseur de glace envahisse le lac de Genève de Terrebonne (qui a perdu son jet, ça va de soi). 

Pellicule de glace au lac de Genève de Terrebonne - T-Bear

Pellicule de glace au lac de Genève de Terrebonne – T-Bear

Comme on dit ici, frette c’est en dessous de -20°, à partir de -30°, fa frette en âstie et on ajoute « de joualvert »à partir de -40°. À compter de -50°… on « ferme sa grande yeule » pour que la salive ne gèle pas dans la bouche. Encore une semaine comme ça et on pourra y patiner. Mais la météo annonce un petit redoux, légèrement au dessus de 0° dans la journée avec quelques plumes blanches en manège dans le ciel.

Des outardes encore fin novembre - T-Bear

Des outardes encore fin novembre – T-Bear

En tout cas, ce qui a surpris T-Bear, c’est de constater encore la présence d’outardes si avancé dans la saison à l’Île-des-Moulins. Il y en a toujours qui hivernent dans certaines Îles de la rivière des Mille-îles, mais c’est la première fois qu’il en voit si tard dans l’Île.

Quartiers d'hiver pour les canards - T-Bear

Quartiers d’hiver pour les canards et au bout, des outardes – T-Bear

Les canards, pas de problème. D’ailleurs ils ont pris leurs quartiers d’hiver, attendant la manne des passants.

les travaux se terminent - T-Bear

les travaux se terminent – T-Bear

La pause des nouveaux lampadaires se termine avant de laisser la place aux illuminations de Noël de notre État farouchement laïc mais… mercantilisme oblige.

Le bar du restaurant Bâtiment B - T-Bear

Le bar du restaurant Bâtiment B – T-Bear

Le restaurant du Bâtiment B de l’Île se prépare lui aussi pour les fêtes de fin d’année. Ils organiseront des réveillons pour le 24 et le 31 décembre. Vous avez intérêt à vous y inscrire dès maintenant.

La verrière de la salle à manger du restaurant - T-Bear

La verrière de la salle à manger du restaurant – T-Bear

Avec la neige, la vue est encore plus belle à travers la verrière panoramique du restaurant. Si vous cherchez encore un endroit pour faire un party de bureau, c’est LA place idéale car on y mange tellement bien.

La cuisine y est délicieuse - T-Bear

La cuisine y est délicieuse – T-Bear

D’ailleurs leur pain vient de la Shop à pain. Cette boulangerie si chère à T-Bear connaît un tel succès qu’ils ont dû ouvrir en plus le mercredi et réajuster leurs horaires : Mercredi et jeudi de 10h à 17h30, vendredi de 10h à 18h, samedi de 7h30 à 16h et dimanche de 7h30 à 14h. Avez-vous goûté à leur pain rustique qui rappelle à T-Bear les délicieux pain de l’Aveyron en Occitanie, le Midi de la France, « moun Païs ». Et leurs croissants ? Et leurs chocolatines ? À damner un saint, des merveilles disponibles pour le moment qu’en fin de semaine. Heureusement les autres jours il y a les petits pains briochés slurp miam miam.

La façade  bien reconnaissable et la porte d'entrée au 1380, rue Grande Alléée - T-Bear

La façade bien reconnaissable et la porte d’entrée au 1380, rue Grande Allée – T-Bear

Pendant les 2 semaines des fêtes, la boulangerie aura un horaire de circonstance que T-Bear ne manquera pas de vous indiquer en cadeau de Noël… comme ce couché de soleil pris de sa tanière le même jour.

De la tanière à T-Bear - T-Bear

De la tanière à T-Bear – T-Bear

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans LA JÔSETTE DE L'ÎLE-DES-MOULINS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s