Joyeux Noël

Fut un temps où les Amers-Indiens furent astreints par la force à adopter la religion de leurs conquérants.

Nativité - Aquarelle du Dr Robert Chesbro de la tribu Muskogee (Cree)

Nativité – Aquarelle du Dr Robert Chesbro de la tribu Muskogee (Cree)

Les 2 croyances étaient pourtant bien proches l’une de l’autre car tous deux croyaient en une unique providence qu’elle s’appelle Ishe Manitu, le Grand Esprit ou tout simplement Dieu. Chacun croyait aussi au Saint Esprit. Les autochtones le voyaient en tout et partout. Les conquérants préféraient le restreindre à une colombe. Bref, ils auraient pu s’entendre facilement mais l’intransigeance et l’intolérance des serviteurs du Dieu d’Amour a fait que l’accouchement du petit Jésus s’est fait dans la douleur et le sang et le mépris dans la conversion des premières nations.

Nativité - Dr Robert Chesbro

Nativité – Dr Robert Chesbro

Et puis voici qu’après 4 siècles d’endoctrinement et de sévices, ces mêmes blancs viennent leur dire qu’ils ont souffert pour rien, que toute cette religion durement acquise est en réalité de la foutaise. Que le petit Jésus dans son étable entre le boeuf et l’âne c’est du Père Noël. grande crèche AmérindienneÀ Noël, il n’y a que le Père Noël qui compte, les cadeaux, le commerce, la grande bouffe. La laïcité s’étant faite aussi intolérante que la religion qu’elle combat, les cantiques de Noël sont bannis des lieux publics, remplacés par les grelots des chansons guimauves qui n’ont pas changé depuis 60 ans, foi de T-Bear. crèche amérindienneLes cantiques, on ne les retrouve plus que dans les peuples que nous, Chrétiens, avions autrefois converti de force, dont les Premières Nations du Canada. Bien que non-croyant lui-même depuis bien bien longtemps, T-Bear respecte toutes les croyances et surtout la foi de ceux qui ont souffert pour l’acquérir. Car les martyrs furent aussi les « païens », « les sauvages sans foi ni loi ni roi » dont on fit grand carnage au nom du petit Jésus d’amour et de sa divine mère.  Et c’est en leur honneur de leur foi malgré tout que T-Bear le non-croyant partage les larmes dans les yeux ce chant de Noël que le missionnaire martyr Jean de Bréboeuf écrivit en 1643 en langue Huronne.  Dans cette vidéo il est aussi traduit en Français et en Anglais. « Jesous Ahatonhia » Jésus est né. 

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui : Hausse de la facture d’électricité

 

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans ÉLUCUBRATIONS À T-BEAR. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s