Peter o’Tool

C’est rare que T-Bear parle cinéma. Non pas qu’il n’aime pas le 7e art. Pendant des années il a été un fanatique du grand écran. Mais depuis quelques années il est devenu très sélectif, depuis que le cinéma a remplacé le magique par des effets spéciaux et que les grands écrans dégoulinent d’hémoglobine artificielle. Mais il ne peut rester insensible à la mort le 14 décembre 2013 d’un géant du 20e siècle. Dire que l’on ignore où est né précisément Peter O’Tool.

Peter O'Tool

Peter O’Tool

On sait seulement qu’il est originaire de quelque part dans un coin perdu d’Irlande, la région de Connemara. Mais où ? Le savait-il lui-même ? Le plus étrange est que l’on connaît parfaitement sa date de naissance, le 2 aout 1932. Sa carrière d’acteur commence à 17 ans et il la termine officiellement 63 ans plus tard en juillet 2012 à cause de sa maladie qui le tuera 1 an plus tard. Avant tout homme de Théâtre et Shakespearien par goût, c’est pourtant le cinéma qui va en faire une légende avec son interprétation extraordinaire du non moins légendaire Lawrence d’Arabie, ce fabuleux filme récemment restauré qu’on peut se procurer en version complète dans toutes les médiathèques ou bibliothèques publiques.  Par ailleurs, il participera comme acteur au tournage de 55 filmes. Avec des rôles aussi opposés dans leur genre que « Quoi de neuf’, Pussycat » où il joue à l’obsédé sexuel  et « le lion en hiver » où il interprète le roi Henri II dans sa tradition Shakespearienne. 

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui : Je vous ai compris. 

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans L'ART DANS TOUS SES ÉTATS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s