Slurp ! Miam miam : réhabiliter les cigares au chou

À part les tourtières, il n’y a pas plus traditionnel dans la gastronomie du Québec que les cigares au chou. Il sont bien antérieurs au pâté chinois puisqu’on en remonte l’histoire jusqu’au XVIIIe siècle en Nouvelle France. C’est un plat beau bon et vraiment pas cher que T-Bear aime beaucoup et qui se congèle facilement.

réfectoire d'une école privée pour jeunes filles en 1934

réfectoire d’une école privée pour jeunes filles en 1934

Seulement oualà, il eut le malheur d’être servi un peu trop souvent dans les pensionnats du Québec. Le chou, le « navet » (rutabaga), les carottes et les « pétaques » (patate, pomme de terre) étaient quasiment les seuls légumes que les Québécois pouvaient manger en hiver avant la mondialisation et ils étaient servis presque à chaque repas. Résultat, en découvrant les multiples végétaux d’importation, les enfants de la révolution tranquille on dédaigné les mets de leurs aïeux.

Marylin Monroe, canon de la beauté féminine dans les années 50 avant l'avénement du bikini

Marylin Monroe, canon de la beauté féminine dans les années 50 avant l’avénement du bikini

D’autant plus qu’est arrivée pour les femmes la mode du bikini et en conséquence celle de l’anorexie programmée. Ce qui a créé un nouveau métier, celui de diététiste. Pour ne pas crever de faim eux-même, les diététiciens ont poussé leur clientèle à la famine à travers un lavage de cerveau médiatique assez génial.

le canon de la beauté féminine depuis l'avènement du bikini

le canon de la beauté féminine depuis l’avènement du bikini

Pour détourner à leur profit la jeunesse d’alors de la nourriture de maman, ils ont décrété que les ancêtres mangeaient très mal, la preuve c’est qu’ils sont tous morts…

La preuve que nos ancêtres se nourrissaient mal, ils sont tous morts...

La preuve que nos ancêtres se nourrissaient mal, ils sont tous morts…

Et c’est comme ça que disparut de nos modernes cuisines le chou, pourtant excellent pour la santé et pour le portefeuille.  Il est vrai que l’odeur du chou cuit a tendance à incruster les murs et qu’il provoque la flatulence comme les « bean » (graines de haricot) et autres féculents très riches en protéine. C’est sûr que ça n’avait aucune importance en plein air mais c’est plutôt mal toléré dans des bureaux. Alors pour celles et ceux qui ne sont pas possédés par les nutritionnistes ni asservis par les régimes, pour celles et ceux qui aiment manger sainement et agréablement, réhabilitons les cigares au chou des grand-mères. En voici la recette.cigares_au_chou

Cigares au chou

Ingrédients pour 4 personnes :  

• 1 chou moyen défait en feuilles (chou plat, chou frisé ou chou blanc)

Sauce 
• 750 ml (3 tasses) de jus de tomate
• 45 ml (3 c. à soupe) de jus de citron
• 60 ml (1/4 tasse) de cassonade
• 1 gousse d’ail finement hachée ou pilée dans un peu de sel
• Sel et poivre, au goût

Garniture
• 1/4 oignon espagnol râpé
• 60 ml (1/4 tasse) de riz non cuit
• Sel et poivre, au goût
• 1 œuf battu
• 750 g (1 1/2 lb) de bœuf haché (T-Bear préfère un mélange veau/porc)
• 125 ml (1/2 tasse) d’eau
• Sel et poivre, au goût

Préparation :

Préchauffez le four à 180°c

Faire blanchir pendant 3 ou 4 minutes les feuilles de chou entière pour les ramollir dans de l’eau bouillante et réservez pour laisser refroidir.

Faire mijoter à feu moyen pendant environ 20 minutes dans une casserole tous les ingrédients de la sauce en les mélangeant.

Pendant ce temps, mélangez dans un contenant tous les ingrédients de la garniture.

Farcir les feuilles de chou de 2 à 3 cuillère à soupe de garniture suivant la taille de la feuille. Repliez les extrémité des feuilles vers l’intérieur sur la garniture en roulant de façon à former le cigare. Disposez les cigares côte à côte dans un plat beurré allant au four et versez la sauce par dessus. Couvrez avec une feuille de papier d’aluminium et faite cuire au four pendant environ 1h30. Reverser la sauce par dessus pendant la cuisson.

À cette recette traditionnelle, T-Bear rajoute à la sauce un peu de cannelle très utilisée autrefois avec les viandes et pâtisseries. À la garniture il mélange du persil frais haché fin. Au lieu de 1/4 d’oignon, il râpe un oignon entier moyen. Enfin, il mélange à la sauce un peu de fromage râpé genre parmesan et il en saupoudre aussi le dessus pour faire gratiner.

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans SLURP ! MIAMIAM. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s