La neige dans le sang et le soleil au coeur

C’est comme ça qu’on pourrait décrire les Québécois.

Prise dans le blizzard de décembre 2012

Prise dans le blizzard de décembre 2012

Au moment où T-Bear écrit ce billet, nous sommes le 12 mars en après-midi, une petite neige virevolte, de plus en plus dense. La température chute inversement proportionnellement au vent qui se lève. On annonce pour ce soir et cette nuit jusqu’à -25°C avec des vents aux alentours de 100 km/h et on devrait remettre ça vendredi. Malgré la persistance du gros froid cette année, l’ardeur du soleil printanier avait réussi à sublimer la neige accumulée de l’hiver pour la ramener à des bancs de environ 1 m 50. Avec ce qui nous arrive sur le coin du bec, il va y avoir en masse de quoi pelleter, le 2e sport national d’hiver au Québec après le hockey.

Lendemain de la veille : le pelletage, 2e sport national d'hiver des Québécois

Lendemain de la veille : le pelletage, 2e sport national d’hiver des Québécois

Pourquoi cependant les tempêtes habituelles du mois de mars sont-elles aussi impressionnantes ? À cause justement de l’accumulation pendant 4 mois d’hiver dans les cours et sur les trottoirs. Et puis, même si  on se dit que ce sont les derniers soubresauts de la saison, on n’en finit pas d’en avoir marre.

Comment retrouver sa voiture ? Le 27 décembre 2012

Comment retrouver sa voiture ? Le 27 décembre 2012

Quoiqu’en décembre 2012, juste le lendemain de Noël, on avait subi toute une tempête, l’une des pires de ces 20 dernières années et tout le monde était ravi. Pourtant, bien que le blizzard ait été moins fort,  c’est le 8 mars 2008 qui est resté dans les esprits comme LA tempête du début de ce siècle. Il faut dire que cette année là, il avait tellement neigé les mois précédents que cette 29e bordée fut le flocon qui fit déborder le vase.

le 8 mars 2008, raz le toit et le bol de la neige !!!

le 8 mars 2008, raz le toit et le bol de la neige !!!

T-Bear a vécu le 4 mars 1971 la plus spectaculaire tempête qu’on a nommé LA TEMPÊTE DU SIÈCLE.  C’était il y a 43 ans et on avait déploré une trentaine de morts dont beaucoup congelés, prisonniers dans leur voiture engloutie. T-Bear habitait à ce moment là au croisement de 2 grandes artères de l’est de Montréal : l’avenue Jean Talon et le boulevard Lacordaire.

4/03/01971, les motoneiges dans les rues de Montréal

4/03/01971, les motoneiges dans les rues de Montréal – Lise Brault

Et bien, au lendemain de la tempête aucun véhicule ne pouvait y circuler sauf les moto-neiges. En voyant le bout d’une antenne dépasser, on se rendait compte qu’il y avait une voiture enterrée en dessous de nos pieds. Impressionnant.

4/03/1971. Dégagement des "chars" (à l'époque)

4/03/1971. Dégagement des « chars » (à l’époque)

Pour faire vivre un peu ce qu’on peut ressentir au moment d’un blizzard et le lendemain, T-Bear invite ses amis Français qui rêvent de venir vivre au Québec à visionner cette vidéo amateur prise le 08 mars 2008.

Vous amis Français qui faites la sieste en ce moment à l’ombre des arbres en fleur, penses-y à 2 fois avant de prendre votre décision. Mais c’est vrai par contre que si le climat du Québec est cruel, les Québécois ont en compensation le coeur chaud.

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui : référendum ?

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans Québec, mes amours. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s