Pour sa langue et sa culture

Flottaient les drapeaux bretons en cette coupe de France de football

Flottaient les drapeaux bretons en cette coupe de France de football

Samedi soir 3 mai 2014 au stade de France avait lieu la finale de la coupe de France 2014 de football (soccer). S’opposaient les équipes de 2 villes bretonnes, Rennes contre Guingamp.

Nolwenn Leroy chantant l'hymne Breton AVANT la Marseillaise

Nolwenn Leroy chantant l’hymne Breton AVANT la Marseillaise

Et là, coup de théâtre, la chanteuse Nolwenn Leroy a chanté en celte le « Bro gozh ma zadou » (Vieux pays de mes pères), l’hymne breton AVANT la Marseillaise, l’hymne national français. Regardez sur cette vidéo ce spectacle d’autant plus insolite qu’en 2009 l’état Français avait interdit tout simplement de chanter cet hymne à Alan Stivel, le célèbre chanteur breton, lors d’un match semblable.

Les dialectes gaéliques issus de l’antique langue celte sont en pleine résurgence alors que tant les Anglais que les Français ont tenté de les faire disparaître depuis la fin du moyen-âge. Mais comme le chardon son symbole, il résiste à tout. C’est en 1991 que l’Écosse obtint que l’hymne écossais « Flùir na h-Alba » (fleur d’Écosse) soit chanté officiellement à la place du « God save the Queen » Britannique à chaque rencontre de son équipe de rugby contre les autres nations. En voici la vidéo.

L’Écosse s’est accordée avec l’Angleterre pour tenir un référendum sur son indépendance le 18 septembre 2014. C’est en 2013 que le Pays de Galle, celui du Roi Arthur et de sa table ronde, substitue à son tour l’hymne gallois « Hen Wlad fy Nhadau » (vieux pays de mes ancêtres) au God save the Queen lors d’un match de rugby dans un tournoi des 5 nations, comme le montre cette vidéo.

Environ 7 millions de personnes parlent les gaéliques, presque uniquement au Royaume Uni et en Bretagne française. Il y a environ 220 millions de francophones de par le monde. Le Québec en compte à lui seul 7 millions parlant la même langue sur un même territoire, presque autant que de celtophones répartis en 4 nations qui chacune parle un dialecte différent et pourtant toutes combattent pour la même cause sauver leur culture et leur langue.

Quand entendrons-nous Ginette Renaud au milieu d’une vague de fleurdelisés oser chanter l’hymne Québécois à la place du Ô Canada au début des matchs des séries de la coupe Stanley  pour revigorer son équipe JUSQU’À LA TOUTE FIN DU MATCH ?     

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui : La morosité !

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans ÉLUCUBRATIONS À T-BEAR. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s