Au pas de l’oie…

photo T-Bear 24 mai 2014

photo T-Bear 24 mai 2014

Non, non, T-Bear ne fait pas référence à la vague néo nazi (on dit populiste maintenant qu’ils gagnent sur tous les Fronts, ça heurte moins) en France, en Autriche et au Danemark qui a déferlé sur l’Europe dimanche… Il va vous parler des vraies oies bien pacifiques celles-ci, ses amies les Bernaches.

photo T-Bear

photo T-Bear

maman veille - T-Bear

maman veille – T-Bear

Dans son billet du 20 mai T-Bear s’inquiétait du retard à voir sortir les couvées de printemps. Samedi 24 rien n’était encore sorti et puis dimanche 25, sans doute pour commémorer les mères françaises dont c’était la fête, T-Bear a pu photographier 2 familles avec leurs tout petits poussins à peine éclos. Ce qu’il y a d’extraordinaire chez les anatidés, c’est qu’à peine sortis de leur coquille les poussins sont capables de se nourrir tout seuls. Les parents sont là pour leur protection et leur éducation. Et de la bouffe, ce n’est pas ce qui manque avec toute cette herbe juteuse de printemps imbibée de toutes sortes d’insectes riches en protéines animales.

Les pissenlits, slurp miam miam - T-Bear

Les pissenlits, slurp miam miam – T-Bear

Quelque fois la fleur de pissenlit les dépasse, mais, slurp miam miam ils n’en font qu’une becquée quand-même.

Le festin - T-Bear

Le festin – T-Bear

Insatiables comme tous les bébés, ils ne s’arrêtent que pour digérer en dormant. Et tout cela sous l’oeil attentif des parents.

sous l'oeil attentif des parents - T-Bear

sous l’oeil attentif des parents – T-Bear

Contrairement aux canetons, les oisons ne nagent qu’au bout de quelques jours seulement, mais ils se tiennent près de l’eau pour pouvoir de temps en temps prendre une goulée, histoire de mieux faire passer la nourriture.

camouflés sous l'écriture des ombres, voyez-vous les poussins ? - T-Bear

camouflés sous l’arabesque des ombres, voyez-vous les poussins ? – T-Bear

Comme les eaux ont baissé et bien qu’il y ait encore un fort courant, d’autres oies cacardaient leurs chants d’amour dans les îles.

De la futilité des barrières même électriques - T-Bear

De la futilité des barrières même électriques – T-Bear

Malgré les grotesques et vaines barrières inventées par les humains, la nature reprend vite ses droits et ce n’est pas demain heureusement que le pas de l’oie n’arrêtera de fouler sa terre ancestrale pour le plus grand plaisir des amateurs comme T-Bear.

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui : Bande de zèbres !

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans LA JÔSETTE DE L'ÎLE-DES-MOULINS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s