La vie à quoi ça tient ?

T-Bear vous propose de regarder en premier cette vidéo dont le titre dit bien ce qu’il veut dire : when it’s not your time… quand ce n’est pas votre heure…

Au cours de sa longue vie, T-Bear a connu toutes sortes d’aventures qui lui ont fait affronter toutes sortes de périls et quelquefois c’est par un poil de grenouille qu’il en réchappé, comme les gens dans cette vidéo. À quoi ça tient la vie ? On n’en sait rien. Pourquoi dans un même accident l’un s’en sort et l’autre non ? Et surtout n’allez pas dire à T-Bear que c’est « la Providence » qui a choisi d’en sauver un plutôt que les deux, ça lui hérisse la fourrure autour du cou et il ouvre sa grande gueule pour râler. Surtout quand ce n’est pas le meilleur qui a survécu.

Pourquoi a-t-il choisi ce homard plutôt qu'un autre ? ? - photo T-Bear

Pourquoi a-t-il choisi ce homard plutôt qu’un autre ? ? – photo T-Bear

C’est la période où notre gourmandise balance un homard dans l’eau bouillante histoire de le déguster. Et alors, on doit se transformer en « providence » pour choisir le martyr dans le vivier. « Pourquoi moi ? » S’écrie celui-ci en rouspétant de la queue, des antennes et des pattes. Fausse question, car tous ses copains vont passer eux aussi à la casserole pareil… et nous pareil en espérant le plus tard possible. Alors, de temps en temps, dans notre subconscient qui a tendance à se fermer comme une huître à tout ce qui ne nous plaît pas, jaillit la question « à quoi ça sert tout ça » que se pose Maxime Le Forestier dans cette très jolie chanson que T-Bear partage avec vous dans cette vidéo.

C’est difficile de concevoir que toutes les bonnes et mauvaises expériences vécues, tout ce qu’on a mis toute une vie à apprendre laborieusement va disparaître en une seconde, pfuit, comme ça. Donc on aurait tendance à espérer qu’il y ait un après. Certains cherchent désespérément à croire qu’on revient sur Terre pour se réessayer dans une autre vie. Pas T-Bear. Surtout pas. Bon, ce fut intéressant de vivre et il ne renie pas sa vie, au contraire, il en a eu pour son argent. Non, il espère autre chose.

Non mais !!! Surtout pas !

Non mais !!! Surtout pas !

Certainement pas être un ange, il n’aime pas la harpe et préfère la guitare électrique heavy métal, ça a plus de nerf. Devenir un bon petit diable ? Non plus. C’est pas sa tasse de thé d’embrocher les autres pour la rôtissoire. Et puis il risquerait d’y rencontrer trop de politiciens. Bon, trêve de niaiserie. Il aimerait découvrir un ailleurs complètement, mais alors là complètement différent de ce qu’il a vécu. Mais quoi ? Il a tout le temps de l’imaginer car il a encore toute une vie devant lui.

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui : Liberté, égalité, fraternité.

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans ÉLUCUBRATIONS À T-BEAR. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La vie à quoi ça tient ?

  1. Danielle Belley dit :

    Bonjour Monsieur TBear,

    Réflexion intéressante ce matin, d’autant plus que mon père qui a votre âge, est atteint d’un foutu cancer…

    Cela projette toute la famille dans des sentiments d’urgence de vivre, d’inquiétude, de tristesse et de questionnement sur le mystère de la vie et de « l’après ».

    Comme dit ma soeur, de toute façon, on s’en va tous à la même place!

    Sur ce une très belle journée à vous!

    Danielle Belley

    Envoyé de mon iPad

    >

    J'aime

    • tbearbourges dit :

      Merci, à vous aussi. Personnellement, c’est la mort des autres qui m’atteint affectivement, pas la mienne. L’idée que je vais mourir ne me gène pas du tout actuellement. Peut-être parce que j’ai failli tant de fois succomber qu’elle ne me trouble plus. Mais on ne sait jamais, je verrai bien comment je réagirai à ce moment là. Ceci dit, je suis de tout coeur avec vous et votre famille. Je sais combien cette attente de l’inéluctable pour un être cher est éprouvant.

      J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s