La Josette : Maman les p’tits bateaux… juin 2014

Adieu mai, bonjour juin. Magnifique fin de semaine belle et chaude que nous avons eu dans la grande région de Montréal.

Maman les p'tits bateaux - T-Bear

Maman les p’tits bateaux – T-Bear

Elle a marqué entre autre le retour des bateliers de la vodka avec leurs petits bateaux que des bourrasques du nord-est couchaient parfois sur l’eau. Gilles Coriveau réservait une surprise à ses fans en exhibant un magnifique modèle réduit d’un sous-marin japonais surnommé « le vaisseau d’or » pendant la deuxième guerre mondiale.

Le vaisseau d'or, un sous-marin japonais - T-Bear

Le vaisseau d’or, un sous-marin japonais – T-Bear

T-Bear vous expliquera pourquoi dans un prochain billet qui sera consacré à la mise à l’eau de ce navire fabuleux dont Gilles a reconstruit la maquette pendant cet hiver.

photo T-Bear

photo T-Bear

Mais il n’y avait pas que les humains pour admirer la grâce des voiliers parcourant le simili lac de Genève. Petites et grandes oies les contemplaient aussi avec ravissement.

plus que 3 oisons - T-Bear

plus que 3 oisons – T-Bear

Malheureusement dans cette famille il ne reste plus que 3 oisons. Comme naturellement ils n’ont pas d’autres prédateurs que les humains, T-Bear espère que la führer… oups, la fureur de l’administrateur du parc ne les aura pas détruits.

photo T-Bear

photo T-Bear

Si T-Bear a fait ce très méchant jeu de mot c’est que le directeur se permet une propagande digne des fascistes ou des bolcheviks dans les nouvelles affiches contre les bernaches.

Une propagande injuste et haineuse digne de fascistes ou de bolcheviks - T-Bear

Une propagande injuste et haineuse digne de fascistes ou de bolcheviks – T-Bear

Que la direction interdise de les nourrir, T-Bear est tout à fait d’accord avec le principe puisque c’est rendre dépendant des animaux sauvages. Mais que l’on médise d’elles au point de dire que ces animaux pacifiques sont agressifs et qu’ils détruisent le parc, c’est entièrement faux et malveillant. Qui veut noyer son chien dit qu’il a la rage.

Même avec leurs petits, est-ce l'attitude d'animaux agressifs ? - T-Bear

Même avec leurs petits, est-ce l’attitude d’animaux agressifs ? – T-Bear

Depuis le temps que T-Bear observe les bernaches résidentes de l’Île, il ne les a jamais vues attaquer un être humain alors que le contraire est quotidien et le plus souvent par des enfants sous le regard passif des parents. Et même dans ces cas là les oies préfèrent se sauver.

ces traces de roues dénoncent qui détruit le plus le parc - T-Bear

ces traces de roues dénoncent qui détruit le plus le parc – T-Bear

Quand à la destruction du terrain, c’est plutôt les humains qui le démolissent avec leurs véhicules. Mais hélas, T-Bear sait qu’il prêche dans le désert car bien que beaucoup de visiteurs aient du plaisir à voir les petits, le dédain des crottes les range du côté de ceux qui veulent les faire disparaître.

Que serait l'Île sans sa faune ? - T-Bear

Que serait l’Île sans sa faune ? – T-Bear

Mais que sera l’île une fois que les humains en auront chassé toute vie animale ?

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui : France : à droite pas adroite !

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans LA JÔSETTE DE L'ÎLE-DES-MOULINS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s