Faut-il brûler pour être heureux ?

Son billet d’hier dimanche sur le début du Ramadan a fait réfléchir T-Bear.

brûler ses pêchés par le jeûne

brûler ses pêchés par le jeûne

« Brûler ses pêchés » en affamant son corps pendant quelques jours, semaines ou mois est pratiqué par toutes les religions ou sectes. Ce que condamnent fortement l’athéisme et la laïcité. T-Bear serait tout à fait d’accord avec ces derniers si nos sociétés modernes n’allaient pas plus loin et plus haut de nos jours dans la macération que les ascètes qu’elles proscrivent. Bruler-des-calories-pour-maigrir-l-obsession-de-tous-702x336À la place de « brûler ses pêchés » par le jeûne pour épurer son âme, aujourd’hui il est impérieux de « brûler ses calories » par des régimes pour libérer son corps de toute impureté graisseuse si on ne veut pas être considéré comme paria. régime oiseauRégimes draconiens bien souvent nocifs pour la santé mais à but très lucratif pour leurs créateurs. perdre au régimeDites-moi, sincèrement, masochistes de la foi ou de la laïque ligne, est-on vraiment obligés d’être le bourreau de notre propre corps pour être considéré comme bienheureux ?

À quoi ça servira d’avoir voulu maigrir à tout prix pendant toute sa vie quand on n’aura plus inéluctablement au bout du compte que la peau sur les os pour l’éternité ? calin mortNe serait-on pas mieux de jouir tant qu’on peut de notre corps et de ses plaisirs au lieu de le « brûler » au nom de Dieu ou de la mode ? Le gros nounours T-Bear a résolu ce dilemme depuis bien longtemps pour sa plus grande joie de vivre. 

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui : Suivre un régime sans trop se priver. 

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans ÉLUCUBRATIONS À T-BEAR. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s