Les Shtroumfs : le retour

Ça faisait presque un an que les « shtroumfs » n’avaient pas été tous réunis dans le jardin de Sara, la belle-fille de T-Bear. T-Bear appelle les Shtroumfs les cousins côté maternel de ses 2 petits enfants Québécois.

Concertation entre Shtroumfs - T-Bear

Concertation entre Shtroumfs – T-Bear

Avant qu’ils aillent à l’école, les Shtroumfs de l’âge de Rohan restaient en garderie chez Sara. Les plus grands comme Charlotte et son cousin Mathieu plus d’autres enfants venaient s’ajouter au remue méninge à la sortie de l’école jusqu’à ce que les parents viennent 1 à 1 chercher leur progéniture.

Comités de parents et de Shtroumfs - T-Bear

Comités de parents et de Shtroumfs – T-Bear

Pour T-Bear ça a été un moment inoubliable de voir grouiller ce petit monde avec leurs idées, leurs facéties et aussi leurs disputes qui font partie de l’apprentissage. Maintenant que Sara travaille et ne fait plus garderie, la cour et le coeur de T-Bear sont un peu lourds de trop de tranquillité.

La Shtroumfette Charlotte en train de donner le mal de mer à un sien cousin -T-Bear

La Shtroumfette Charlotte en train de donner le mal de mer à un sien cousin -T-Bear

Bien entendu, il voit ses chers petits-enfants tous les jours, mais ce n’est plus les cavalcades, les cris et les brèves chamailleries de la bande d’entant.

Rohan et le Shtroumf à lunettes, Mathis -T-Bear

Rohan et le Shtroumf à lunettes, Mathis -T-Bear

Et puis jeudi Sara a appelé T-Bear pour lui dire que pour quelques moments encore les Shtroumfs étaient de retour. Alors T-Bear s’est précipité pour photographier ce grand moment.

Des jeux plus tranquilles - T-Bear

Des jeux plus tranquilles – T-Bear

Mais tout ce petit monde a grandi, les jeux sont moins déjantés, plus sophistiqués, moins de cris, mais toujours autant de controverses. Grande joie pour T-Bear quand-même.

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui : Attention à la grève. 

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans La famille à T-Bear. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les Shtroumfs : le retour

  1. Sont bien mignons et bien rosés pour des Shtroumfs ! Rohan ressemble comme deux gouttes d’eau à mon petit-fils quand il avait son âge. Même chevelure, même expression. Bon dimanche

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s