Bon débarras !!!

Mardi matin à la fraîche avant que ça chauffe trop, T-Bear a fait son tour des Îles du Moulin et  de St-Jean. De suite il fut intrigué par la disparition totale des outardes qui, comme T-Bear, d’habitude vont se repaître tôt pour ensuite se baigner et se reposer dès que s’étend la chaleur.

Il y a 5 jours - T-Bear

Il y a 5 jours – T-Bear

Déjà il avait constaté leur absence samedi dernier à l’ouverture du premier marché public. Il ne s’en était pas inquiété car elles ont tendance à se retirer quand il y a remue-ménage. Dimanche, T-Bear était trop occupé par l’anniversaire de sa petite fille et lundi une aile de la tempête tropicale Arthur a déversé un déluge sur la région. Donc, après 2 jours d’absence dans l’Île,  en ce matin ensoleillé T-Bear s’attendait à retrouver ses amies… euh ! Pardon pour les outardophobes : CES AGRESSIVES SALES BÊTES SALES.

Une propagande injuste et haineuse digne de fascistes ou de bolcheviks - T-Bear

Une propagande injuste et haineuse digne de fascistes ou de bolcheviks – T-Bear

Pantoute, oualou, aucune, la centaine s’est complètement évaporée, y compris les petits. Bon, chaque année le troupeau se réduit en été à cause de la chaleur qui les pousse plus au nord et du regain d’activités humaines dans les îles, cependant il en restait toujours une vingtaine composée de familles avec leurs petits en croissance et de jeunes adultes. Mais là, rien.

photo prise par T-Bear il y a 5 jours. Incontestablement les oisons n'ont pas pu s'emplumer assez pour voler de leurs propres ailes.

photo prise par T-Bear il y a 5 jours. Incontestablement les oisons n’ont pas pu s’emplumer assez pour voler de leurs propres ailes.

Les oisons n’ont pas pu voler de leurs propres ailes vu qu’ils n’ont pas encore de plumes sauf au croupion.

Photo prise il y a 8 jours, la barrière infranchissable des rapide et Arthur n'a rien arangé depuis -T-Bears

Photo prise il y a 8 jours, la barrière infranchissable des rapide et Arthur n’a rien arrangé depuis -T-Bear

Les courants sont encore trop forts pour qu’ils aient réussi à s’éloigner en nageant dans les rapides qui encerclent les îles. Alors où sont-ils passés ?

Les fientes ont été remplacées par les mégots et autres, ça colle moins au pied - T-Bear

Les fientes ont été remplacées par les mégots et autres, ça colle moins au pied – T-Bear

Indice plus troublant, plus aucune fiente. Elles ont été remplacées par des mégots de cigarette, des écales de cacahouète ou des morceaux mastiqués de chewing gum. gum tueuseC’est vrai, c’est beaucoup plus propre, ça colle moins aux semelles et la gum étouffe le chant des oiseaux indésirables pour la tranquillité humaine. Il est remplacé par un fond musical diffusé par des haut-parleurs disséminés dans les branches à travers le parc. C’est bien plus acceptable pour des oreilles citadines. Ce matin là, on avait droit à Michaël Jackson qui a lui-même été interrompu par des 1-2-3 des essais de micro.

Même Picsou a l'air tout déconcrissé par le disparition des outardes - T-Bear

Même Picsou a l’air tout déconcrissé par la disparition des outardes – T-Bear

Interrogé par T-Bear sur la si soudaine disparition des oies, un jardinier lui a répondu  : BON DÉBARRAS !!! Au moins c’est simple, directe et ça dit tout.

record guinness - photo Joel Lemay

record Guinness – photo Joel Lemay

En plus de celui des costumés en nain de jardin, aurait-on battu à l’Île-des-Moulins le record Guinness de la volatilisation de ces volatiles ? Sauf pour les oisons dont il avait suivi avec plaisir la croissance, T-Bear n’est pas trop inquiet. Même si ils ont été transportés ailleurs manu militari, les outardes reviendront pour retrouver dans l’Île leur habitât ancestral.

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui : Discrimination religieuse. 

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans LA JÔSETTE DE L'ÎLE-DES-MOULINS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s