Le premier pas sur la lune, il y a 45 ans

20 juillet 1969. Le monde entier retenait son souffle. Un homme, un Américain, Neil Armstrong allait poser le pied sur la lune pour la première fois de l’histoire. Des centaines de millions d’humains s’étaient rassemblés devant des postes de télévision encore bien rares à l’époque. La plupart de ces appareils n’étaient même pas encore en couleur. T-Bear se souvient. Sa femme et lui avaient été invités par un ami marchand de télévision pour regarder en direct l’événement sur écran couleur. Compte à rebours pour Apollo 11.

T-Bear témoigne : « J’habitais encore la France à ce moment là. Un mois et demi plus tard, nous devions décoller avec nos 2 enfants en bas âge pour notre Amérique à nous, le Canada… enfin là où on parle français, Montréal (Québec) plus précisément. Déjà la veille, le 19 juillet au soir en France, nous avions retenu notre souffle au départ de Apollo 11, la fusée qui transportait des astronautes direction lune. Très tôt le matin du 20 juillet 1969, nous avions le coeur battant d’angoisse à l’alunissage du module Eagle.

Et puis, et puis, vers midi, l’apothéose quand Neil Armstrong est sorti et qu’on l’a vu poser le pied puis marcher sur la lune. On pleurait de joie et de fierté, on s’embrassait et naturellement, comme on était en France, on a bu un bon coup à la santé des astronautes. Nos coeurs débordaient d’espoir : le ciel n’était plus une limite pour la science et pour l’humanité ».

Quarante cinq ans plus tard, qu’en reste-t-il ? T-Bear le coeur en marmelade se demande : que reste-t-il de ce grand rêve intersidéral qui allait rassembler tous les peuples dans un même élan ? le-site-du-crash-du-vol-mh17-en-ukraine-le-18-juillet-2014Alors que la menace d’une 3e guerre mondiale se prépare pour commémorer « la der des der » ?Sarajevo 1914 – vol MH17 de Malaysia airlines 2014, mêmes propagandes, même combats ?

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui : Messieurs les gouvernants, pitié pour nous, pauvres humains.

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans ÉLUCUBRATIONS À T-BEAR. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s