T-Bear paparazzi

En ce samedi 26 avril 2014, T-Bear avec son appareil photo s’est transformé en reporter et au moins pour une photo en paparazzi. « ON » lui a d’abord montré que les autorités administrant l’Île-des-Moulins avaient ajouté un autre fil et parfois 2 à la clôture électrique qui l’entoure comme un nouveau rideau de fer.

Le rideau de fer est loin d'être infranchissable - T-Bear

Le rideau de fer est loin d’être infranchissable – T-Bear

Ce qui évidemment n’entrave aucunement les oies mais empêche les bateliers de la vodka d’avoir un accès facile à leur quai. Eux et les enfants risquent d’ailleurs de s’écorcher avec les bouts de fil de fer accrochés à la va vite après les piquets.

Un fil bien plus dangereux que les oies - T-Bear

Un fil bien plus dangereux que les oies – T-Bear

La police anti bernaches ferait mieux de se transformer en police des moeurs pour préserver l’innocence des enfants qui s’y baladent, car d’autres animaux moins chiants mais plus dévergondés défient toute morale humaine. Les voici pris en flagrant délices derrière le rideau de fer par paparazzi T-Bear. Par amitié pour Gonzague, T-Bear lui a voilé la face d’une feuille hélas pas de vigne pour que les autorités du parc ne puisse le reconnaître et l’incriminer pour détournement de mineur.

petits dévergondés pris en flagrant délices - Paparazzi T-Bear

petits dévergondés pris en flagrant délices – Paparazzi T-Bear

Son âme de reporter fut attirée par un rassemblement de plus de 3 personnes (interdit à Montréal sans autorisation préalable) figées par la terreur devant le lac de Genève de Terrebonne.

Le rassemblement - T-Bear

Le rassemblement – T-Bear

Il y vit avec horreur une frégate Canadienne se ruer à l’attaque de 2 voiliers dont l’un portait des voiles prétendument aux couleurs de cette Palestine si tant tellement honnie par le 1er Sinistre du Canada Harper.

la frégate Canadienne fonçant vers les sloops qu'elle avait pris pour des felouques - T-Bear

la frégate Canadienne fonçant vers les sloops qu’elle avait pris pour des felouques – T-Bear

N’écoutant que son courage, Gilles mit à l’eau son sous-marin Allemand pour prévenir le belliqueux vaisseau  que les voiliers n’étaient pas des felouques ennemies mais de très pacifiques sloops appartenant aux bateliers de la vodka.

N'écoutant que son courage Gilles met à l'eau son sous-marin Allemand - T-Bear

N’écoutant que son courage Gilles met à l’eau son sous-marin Allemand – T-Bear

Il a évité ainsi une erreur de cible qui aurait pu entraîner une catastrophe maritime avec des conséquences internationales imprévisibles en ce jour de nouvelle lune en lion angulaire à mars en scorpion.

pour détourner la frégate d'une erreur de cible - T-Bear

pour détourner la frégate d’une erreur de cible – T-Bear

Le bâtiment de guerre a alors tourné sa rage vers les agressives bernacles qui assistaient indifférentes mais pas pour longtemps à la folie humaine.

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre 

aujourd’hui : harper en image Harper.

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans LA JÔSETTE DE L'ÎLE-DES-MOULINS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour T-Bear paparazzi

  1. Beau reportage, ils s’en passent de drôles de choses chez vous.
    Entre
    – les clôtures électriques qui sont très dangereuses pour les promeneurs (chez nous c’est pour les grosses bêtes que nous les utilisons : les grosses bêtes à 4 pattes en général)
    – les autres qui « font des choses » sous le feuillage
    – et la bataille navale.
    Vous n’avez pas le temps de vous ennuyer !
    Bon après-midi.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s