St-Trifouilly-la-cacane et le banquier (fin)

Pour finir ce conte faferlu qui malheureusement ne l’est pas tant que ça, T-Bear reportera à dimanche sa rubrique habituelle du « Slurp ! Miam miam ».

GAVAGE3 copieSeulement voilà, très rapidement les canards ne furent plus assez productifs pour régénérer le troupeau et faire face à la cadence de l’emboîtage. Un conseiller du Ministère de l’agriculture leur recommanda une moulée au viagra pour redonner du « pep » (tonus) aux mâles. Certains humains en prirent de la graine. gavage de l'hommeLa dette des fermiers augmenta sensiblement alors que les résultats furent assez décevants. Le Ministère appuyé par la banque leur proposa des reproducteurs de Chine qui avaient la réputation d’être aussi prolifiques que les Chinois eux-mêmes. Probablement la nostalgie du pays ou plutôt l’incompatibilité linguistique empêcha les malheureux immigrants de remplir leur promesse et on les en blâmât. problème linguistiqueMais finalement, comme il s’avéra que cette « main d’oeuvre » étrangère coûtait malgré tout moins chère à importer en grosse quantité que d’élever les locaux, St-Trifoully cessa de produire ses propres canards. Submergée par l’importation chinoise, l’usine dût acheter des robots pour faire face à la productivité. L’automatisation systématique jeta au chômage un bon nombre d’ouvriers tout en augmentant la dette. Pas de problème affirmait le banquier. Avec l’accroissement de production qui en découlait et les salaires en moins à payer, l’usine aurait tôt fait de tout rembourser et même de faire du profit. Au moment où l’usine allait passer du rouge au vert arriva la catastrophe : le cours de la conserve de canard s’effondra sur les marchés boursiers.

La direction, recommença à couper les salaires de la poignée d’employés qui activait et entretenait les robots. Aussitôt ils se mirent en grève. Le directeur répondit par un lock-out avant de rejoindre précipitamment le banquier dans son paradis fiscal avec tout ce qui restait dans la caisse. La banque saisit l’usine et la revendit aux Chinois qui la délocalisèrent chez eux dans la Province de On Sue.

manifestation nueIl y eut des manifestations pour contester la fermeture de l’usine. Les manifestants défilèrent flambant nus pour prouver la misère dans laquelle ON les avait garochés (jetés), ce qui attira le voyeurisme médiatique. Les manifestants eurent beaucoup de succès et firent parler du village jusqu’en Chine. Dès qu’ils l’ont su, les ouvriers de On Sue voulurent en faire autant, mais le Parti communiste envoya de suite les chars. manifestation-en-ChineAu pays, la répression n’alla pas tout à fait aussi loin à cause de la démocratie. Les gens en joualvert (en colère) demandèrent la démission du Maire pour collusion avec le banquier et dilapidation des fonds public. Celui-ci terrifié appela au secours le gouvernement qui se trouvait lui-même dans l’eau bouillante, vu qu’il était accusé aussi de corruption. police21Fort de sa majorité absolue au parlement, le 1e Sinistre ami du banquier fit voter au bâillon une loi spéciale pour interdire toute manifestation de plus de 5 personnes et en plus les leaders devraient indiquer  plusieurs jours à l’avance le trajet de la manifestation sinon elle serait considérée comme illégale. Ce qui n’était pas compliqué à St-Trifouilly vu qu’il n’y avait qu’une seule rue, la rue de l’église.

casserolesmontrealMais les ouvriers bravèrent quand-même la loi en frappant sur leurs casseroles pour bien montrer qu’elles étaient vides. Ruinés eux aussi, les producteurs de canard se joignirent à eux, malgré les appels au calme et à la soumission de leur curé.

Pour sauver la démocratie en péril, les forces de l’ordre en arme et en armure furent dépêchés de la ville pour provoquer et écraser les nudistes armés juste de leurs casseroles. La moitié des habitants se retrouva en prison pour désobéissance civile, l’autre en détention préventive à longue durée sous prétexte d’un complot visant à l’insurrection générale. Quand aux enfants, ils furent internés dans des centres d’accueil comme des délinquants.

Devant les protestations et les pressions internationales, les habitants des plus vieux jusqu’aux plus petits furent relâchés. Pour survivre, ils durent quitter leur campagne pour la ville, espérant y trouver un emploie et rembourser leurs dettes. Comme c’était la crise mondiale et que le pays était en récession, ils devinrent chômeurs et se retrouvèrent au bout d’un an sur le bien-être social. Les vieux furent placés dans des mouroirs publics. Le village fut abandonné.

village fantômeSi nous étions encore au XXème siècle, c’est ainsi que devrait se terminer l’histoire de St-Trifouilly village fantôme, qui par dérision fut renommé St Trifoully-la-cacane à la télévision et dans les journaux. Mais nous vivons à l’aube du 3e millénaire des chrétiens. Noyés dans l’ensemble de la population, suivons les St-Trifouillins à travers la chronique de maintenant.

Le banquier revint précipitamment de vacance pour clamer l’injustice de ce qui lui arrivait. Pour avoir voulu aider à prospérer un village arriéré en bon philanthrope qu’il était, le voici lui-même menacé de banqueroute à cause de la niaiserie (sottise) de ces paysans. plan-de-sauvetageSi l’état ne le renflouait pas immédiatement avec les deniers publics, il devrait exiger que les membres du gouvernement, dont il avait financé la campagne, et le pays lui-même lui remboursent toutes leurs dettes d’un seul coup, ce qui provoquerait un désastre économique sans précédent dont le 1e Sinistre serait rendu responsable. banque-racket-20161Et si celui-ci faisait la sourde oreille malgré tout, le banquier s’empresserait d’utiliser toute la presse écrite, parlée et télévisée dont il avait le quasi monopole pour divulguer leurs magouilles et les faire incarcérer. D’autre part il demanderait aux autres financiers de dégrader la cote de crédit du pays ce qui déclencherait la faillite de l’état, comme ils l’avaient fait ailleurs dans le monde.

abbc3a9-pierre-placideAussitôt le gouvernement puisa l’argent des contribuables dans le trésor public pour renflouer la banque du montant astronomique qu’elle avait pu extorquer non seulement à Trifoully, non seulement dans d’autres villes, non seulement au pays, mais dans le monde entier. Il fut bien question d’un vague contrat de remboursement sans échéance par la banque pour faire taire les mauvaises langues, mais très rapidement la loi du silence prit le dessus.sauvetage_banques mandiants

En remerciement, le banquier assura le gouvernement du financement occulte de son parti pour qu’il reste au pouvoir. 

politiciens-nous-banquesPour maintenir son train de vie malgré le déficit en croissance exponentielle, le Gouvernement  augmenta les impôts et les taxes pendant qu’il réduisait en inverse proportion les services sociaux essentiels partout, des écoles aux mouroirs publics en passant par les hôpitaux. équilibre budgétaireLes routes et toute l’infrastructure continuèrent à se détériorer. Les richesses minières du pays furent bradées au plus offrants des pays émergeant. Les impôts et les taxes ne servirent plus à payer qu’exclusivement les intérêts de la dette au banquier et le malheur commença à ronger le pays. destruction infrastructuresÔ, au début ça se fit en douceur , en douceur mais en profondeur. La pilule était bien enrobée de promesses et la population ne sentit rien venir… par derrière. « Travaillez plus pour dépenser plus pour vous endetter plus, c’est comme ça qu’on redressera l’économie. » Cet absurde syllogisme promulgué par les gouvernants fut longtemps accepté dans l’indifférence résignée du peuple parce que : Tant qu’il y aura quequ’chose dans l’frigidaire, j’fermrai ma gueule et j’laisserai faire » .

qui-dc3a9range-qui-rassureMais un beau matin, quand il n’y aura plus de service public et trop d’impôts et de taxes, quand le travail viendra à manquer et que personne ne pourra plus payer, les gens commenceront à s’éveiller. Mais ça, ce n’est qu’une projection dans le futur.avenir

Avant de passer à l’épilogue de cette histoire, T-Bear vous invite à écouter bien attentivement les propos du professeur Étienne Chouard qui vous permettront de mieux comprendre ce que nous vivons actuellement et la raison de ce fabliau de T-Bear. En premier, le professeur explique  l’origine de l’impôt sur le revenu

et dans cette deuxième vidéo le détournement des monnaies et le pourquoi des dettes publiques. 

Épilogue : Comme tous les vivants, le banquier, le maire et les politiciens finirent par mourir, mourir riches. Riches peut-être sur le moment… mais aucun n’emporta avec lui sa richesse dans l’autre monde et là, on parle d’éternité. 

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre aujourd’hui : Mais où est donc passé Legault ?

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans St-Trifoully la cacane. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour St-Trifouilly-la-cacane et le banquier (fin)

  1. Et voilà, c’est fini ! Désolée pour le slurp miam miam … J’ai appris des tas de choses et surtout, j’ai découvert un artiste Tex Lecor que je ne connaissais absolument pas et je perdais beaucoup. J’ai trouvé plein de videos de lui qui sont maintenant dans mes favoris et je sens que je vais bien rire.
    Bon samedi

    J'aime

  2. tbearbourges dit :

    Mais slurp ! Miam miam vous arrive ce dimanche sous forme de galettes au x courgettes. Tex Lecor est aussi un excellent peintre. Bon dimanche.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s