La jôsette : le grand frisson

Oui, le grand frisson. Pas seulement à cause de la température qui est descendue à -1° à poltron-minet lundi,

les épouvantails - T-Bear

Les épouvantails – T-Bear

Si tant tellement horrifiques - T-Bear

Si tant tellement horrifiques… mais pas pour l’écurieux  qui vient chiper de la paille pour son nid dans la balle (en bas à gauche). Merci les humains – T-Bear

mais parce que des épouvantails ont été installés par des artistes à l’Île-des-Moulins en vue du concours pour Halloween.

Le dégingandé vu de face - T-Bear

Le dégingandé vu de face – T-Bear

Le dégingandé vu de dos - T-Bear

Le dégingandé vu de dos – T-Bear

Il y a des dégingandés,

L'oeil vers la tombe - T-Bear

L’oeil vers la tombe – T-Bear

À contrejour -T-Bear

Le même pris de dos à contrejour -T-Bear

d’autres ramassés qui crient « mon oeil » pris dans les toiles d’araignées,

photo T-Bear

photo T-Bear

certains dont les pieds servent de refuge aux écurieux.

photo T-Bear

photo T-Bear

Indifférents à la symbolique humaine, certains passent en revue des crânes de pygmées.

photo T-Bear

photo T-Bear

Et tout ça à la grande joie des plus petits mais sous l’oeil indifférent des mouettes frigorifiées qui attendent la fin d’Halloween pour partir se réchauffer dans le sud.

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre aujourd’hui : Québec va recevoir François Hollande.

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans LA JÔSETTE DE L'ÎLE-DES-MOULINS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La jôsette : le grand frisson

  1. Ah ! nouvelles couleurs d’automne en fond ! c’est tout beau.
    Les épouvantails sont tous beaux et n’effraient même pas le jeune enfant qui semble très intéressé par la citrouille qui servirait bien de ballon … Quant aux petits écureuils, ils semblent tout heureux.et surveillent les préparatifs
    Bon après-midi

    J'aime

  2. tbearbourges dit :

    Merci et bonne soirée à vous

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s