Capteur de rêve

Quel touriste partant du Canada n’a pas emporté au moins un capteur de rêve « Indien » (made in China or Indonesia) dans ses bagages. miley-cyrus-semble-aimer-le-look-indien-et-image-424356-article-ajust_930Il y en a des millions comme ça à travers le monde qui ornent les chambres, surtout celles d’enfants, avant de finir empoussiérée dans les poubelles quand les enfants sont grands. Évidemment ces amulettes ont d’autant moins de valeur qu’elles ont été fabriquées industriellement et ailleurs que dans leur monde d’origine. Belle décoration teintée de fétichisme et parfumée de superstition bien temporaire.

N'importe quoi. ON SE DEMANDE PAR OÙ S'ÉCHAPPENT LES R^ÊVES À CAPTER !!!

N’importe quoi. ON SE DEMANDE PAR OÙ S’ÉCHAPPENT LES R^ÊVES À CAPTÉS !!!

On pense que ce talisman serait d’origine Ogibwé puisque c’est le seul peuple qui lui ait donné un nom propre asubakatchin alors que les autres nations autochtones ne le définissent dans leur langue que par sa fonction : capteur de rêve. Il existe plusieurs légendes à l’origine de ce fétiche. T-Bear partage avec vous sur cette vidéo les 3 principales.

À l’origine, les premières nations étaient animistes et leur christianisme imposé par le fer et par le feu en est encore fortement teinté de nos jours. Pour eux, les humains au même titre que les autres animaux, les végétaux et tout ce qui est vivant font partie intégrante de Ishe Manitou, le Grand Esprit ou esprit universel. grand ManitouDans l’animisme, le rêve est le véhicule qui permet l’échange entre les êtres animés et le Grand Esprit. De plus, il est l’expression des besoins de l’âme. Comme il est aussi primordial de satisfaire les besoins de l’âme que ceux du corps, le rêve permet de se libérer. Il assure l’équilibre. FreudDr Freud avait-il étudié la culture Amérindienne avant de professer la psychanalyse ? D’où la nécessité de créer un « filtre » qui permette d’emprisonner les cauchemars tout en laissant papillonner en liberté les beaux songes qui permettront de passer une bien belle journée. Et c’est pour ça qu’on leur donne des ailes en entourant de plumes le capteur. capteur de rêveQuand aux tourments nocturnes pris dans le filet, ils seront brûlés par les premiers rayons du soleil levant comme s’évaporent les perles de rosée dans une toile d’araignée. C’est pourquoi, dès le levé aux aubes blafardes, il faut absolument suspendre le capteur à la fenêtre orientée à l’est au soleil. Pas beau ça ? vendeurs de capteurs de rêveEt voici maintenant pour les touristes le détail le plus important. Pour que le charme agisse, IL EST IMPÉRATIF QU’AUCUN INTERMÉDIAIRE NE TOUCHE L’AMULETTE tant que son fabriquant ne l’aura pas remis en main propre à son destinataire. Alors si vous voulez qu’il soit efficace, ne l’achetez pas dans les free duty avant l’embarquement ou dans tout autre commerce,

capteurs de touristes

capteurs de touristes

FABRIQUEZ-LE VOUS-MÊME pour l’être aimé. Afin de vous aider, T-Bear partage avec vous la vidéo de sa fabrication qui est très facile à réaliser. contrairement à la jeune artisan de la vidéo qui ne connaît visiblement pas la spiritualité qui s’y attache, il faut laisser un trou au centre pour que s’échappent les bons rêves. 

Rien de synthétique non plus s’il vous plaît. C’est une invention humaine et donc trop indirectement du Grand Manitou. Les extrémités souples de branches de saule font de très beaux cerceaux et on en trouve partout dans tous les pays. Les fils peuvent être de laine (animal) pour le tour et de fil de coton (végétal) pour la toile elle-même. Quand aux plumes, accrochez une mangeoire à oiseau sur votre balcon ou dans votre jardin et vous en ramasserez tout plein de bien vivantes encore. Tout ceci pour vous faire passer la nuit d’Halloween sans problème. capteur T-BearEst-y pas gentil T-Bear. Allez, faites de beaux rêves.

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre aujourd’hui : Cauchemar d’enfant moderne.

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans C'EST AINSI QUE LES HUMAINS VIVENT. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Capteur de rêve

  1. Ils sont beaux ces capteurs de rêves. Intéressante l’histoire que je ne connaissais absolument pas. Et le clou est la dernière photo de T-Bear au centre du capteur. J espère qu’il lui permet de ne faire que de beaux rêves. Passez un bon après-midi. 🙂

    J'aime

  2. Hummmm j ai oublié : super le fond de citrouilles.

    J'aime

  3. tbearbourges dit :

    Et pour vous une bonne nuit… avec que de beaux rêves.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s