Autant en emporte la vie…

Tombe une neige mouillante et verglaçante et c’est là que T-Bear apprécie tout le privilège d’être à la retraite : On peut rester dedans emmitouflé dans une bonne robe de chambre à lire, à peindre, à écouter de la musique… ou à composer un livre photo pour commémorer les 10 ans de sa petite fille afin de le lui offrir en cadeau de Noël.

la photo de couverture composée par T-Bear. SHUT !!! Faut pas lui montrer ni lui dire.

la photo de couverture composée par T-Bear. SHUT !!! Faut pas lui montrer ni lui dire.

Retour en image vers le passé, ce qui permet de voir l’évolution de sa progéniture. À travers la trame d’un temps immuable, immobile, indifférent. Car le temps comme l’espace ne sont que des concepts, un besoin de comptabiliser pour recréer et réorganiser le monde à notre image. Les jours ont toujours 24h et les heures 60 minutes égrainées en 60 secondes, quoiqu’on disent, quoiqu’on fasse, quoiqu’on pense. le temps caricatureIl y a 12 jours, T-Bear partageait avec vous une oeuvre d’art en animation vidéo montrant en quelques minutes l’évolution d’un visage à travers toute une vie. Elle est trop belle, T-Bear la repasse.

Le premier qui a eu l’idée de filmer en directe ce genre de métamorphose de l’âge fut Nikita Mikhalkov le grand cinéaste russe, avec le documentaire sur sa fille aînée : Anna de 6 à 18 ans. Il lui valut quelques honneurs bien mérité.

Nikita Mikhalkov avec sa 2e fille, Nadiejda qui joue avec lui dans Soleil trompeur

Nikita Mikhalkov avec sa 2e fille, Nadiejda qui joue avec lui dans Soleil trompeur en 1994

Chaque année pendant 12 ans, à l’anniversaire de Anna, son papa lui pose les 10 mêmes questions au même endroit. Et en même temps, on suit l’évolution du contexte historique de l’URSS de Brejnev jusqu’à l’effondrement soviétique qui vient clore le filme. Fascinant.

Voici encore le père et la fille 16 ans plus tard, recevant un prix en 2010 au festival de Cannes

Voici encore le père et la fille 16 ans plus tard, recevant un prix en 2010 au festival de Cannes

Car il n’y a pas QUE l’individu qui change. À part l’abstraction arithmétique du temps et de l’espace, il n’y a rien de stable dans notre univers. Tout est en constante mutation et la feuille n’éclora jamais à la même place sur la branche, quelle qu’illusion on puisse avoir. Retour vers le futur est une absolue impossibilité car plus rien ne sera pareil ni au même endroit.

Faute de pouvoir partager avec vous le filme Anna 6 – 18 T-Bear vous présente un petit filme amateur d’un papa qui a eu la même idée. En un montage on peut suivre le développement de sa fille Lotte de 0 à 14 ans.

T-Bear voit et entend dans sa tête le piétinement du troupeau des êtres qui avance inexorablement autour de notre planète, comme le hamster en cage fait tourner inlassablement sa roue

malgré ses chutes… Toujours de l’avant, toujours plus loin, jusqu’où ? Là n’est pas la question.

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui: Changement climatique.

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans C'EST AINSI QUE LES HUMAINS VIVENT. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Autant en emporte la vie…

  1. Belle la couverture du livre-photo de votre petite-fille qui est ravissante, elle va être toute heureuse de se voir de toute petite à maintenant 10 ans c’est beaucoup pour une enfant.
    Pauvre petit hamster, il doit se faire mal.quand il tombe. c’est cruel ! na !
    Bon travail bien au chaud.

    J'aime

  2. tbearbourges dit :

    L’année dernière je lui avais fait un livre photo sur la découverte de ce qui est devenu sa passion : les chevaux et l’équitation. Quand elle était petite, elle ne voulait pas que je la prenne en photo. Peut-être avait elle peur que je lui vole son âme comme le croient ses ancêtres amérindiens. Mais,grâce à ces livres photos, elle comprend la valeur des photographies et s’y prête sans plus de réticence.
    -14° ressenti avec des rafales de 40km/h
    Bonne nuit à vous.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s