Cellulaire addiction

Sur Fesse-bouc circule une vidéo pointant du doigt l’addiction des jeunes au cellulaire (portable ou mobile en France).

La thérapie du « pater familias » est énergique comme il se doit dans une famille anglo-saxonne correcte. Cette vidéo a dû être tournée en Angleterre car il n’y a qu’eux pour posséder à domicile une dactylo aussi antique.

addiction mondiale au cellulaire

addiction mondiale au cellulaire

Partout ailleurs, beaucoup de parents en âge d’avoir des adolescents sont eux-même dépendants des SMS et T-Bear en connaît qui le sont parfois plus encore. En 1998, T-Bear avait écrit un poème, le rap du téléphone, qu’il avait adapté en 2008 au cellulaire. Le voici.

Le rap du téléphone

Début de matinée,
Rapport pas terminé,
Le Patron me crie après,
Le téléphone sonne sans arrêt.
Tout se brouille dans ma tête.
J’en ai marre, je file aux toilettes,
Pour que personne ne m’embête.
Je m’assieds sur la cuvette.
Le cellulaire vient à sonner
Et c’est comme ça toute la journée,
Pas le temps de me soulager,
Pas le temps même de manger.
Partout, partout le téléphone me suit,
Je ne sais plus où j’en suis.
Je deviens fou, je quitte mon emploi,
Je plaque le boulot et je retourne chez moi.
Et là mon téléphone fixe m’attend,
Avec son clignotant.
J’écoute bien sage
Tous mes messages.
Il y a les impôts
Qui veulent ma peau
Et l’électricité
Qui menace de cécité
Et mon loyer
Qui veut être payé
Et les vendeurs de pubs
Qui m’entubent
Et ma blonde hystérique
Qui m’astique.portable au lit
J’en ai marre.
Je fous le camp dans un bar
Je me lève une minette
Pas trop nette.
On se danse un rap,
Le portable me rattrape
J’avais oublié de le fermer,
Ça ne s’arrêtera donc jamais?
C’est ma blonde qui s’ennuie.
Elle veut qu’on passe la nuit.
Je vais donc la chercher.
Téléphones débranchés,
Ça ne fait pas un pli,
On se met au lit.combine-retro-pour-telephone-portable
Au moment de bien faire,
En directe du cimetière,
Un texto de ma mère
Sur mon cellulaire éteint
« Touche pas à cette putain ! »
Ça bloque mon affaire.
Voilà ma blonde en colère!
Mais qu’est ce que je peux y faire?
Je suis devenu complètement obsédé.
Au numéro que vous aurez demandé,
Un jour, il n’y aura plus personne:
Je serai pendu au téléphone
R. Bourges
8/11/98

Ce qu’il y a de marrant, c’est que j’anticipais alors, car il s’est bien avéré que, toujours chez les anglais, une mère du fond de sa tombe a bel et bien appelé son enfant resté dans le monde des vivants. Comme quoi la réalité dépasse parfois la fiction même poétique. Vous en doutez ? Regardez. 

Mais jusqu’où certaines personnes sont prêtes à s’abaisser pour retrouver son « beau » portable comme cette fille qui vient porter plainte ? Là vous n’en croirez ni vos yeux ni vos oreilles… et pourtant.

Faut-il en rire ou bien en pleurer ?

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui: : Peut-on vivre sans ?

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans ÉLUCUBRATIONS À T-BEAR. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Cellulaire addiction

  1. Ah le cellulaire ! J avoue que j en ai un depuis très longtemps mais c est par besoin. Je travaillais pour une association qui organisait des colonies de vacances, les départs se faisaient au centre hospitalier de Caen sur un énorme parking et … pas de téléphone près du lieu de rendez-vous. Quand j ai pu m offrir un cellulaire, je l ai fait pour appeler les familles en retard. Pour moi cet engin a toujours été un objet pratique et utile. Je fais attention à le mettre en silencieux quand je suis soit avec des amis, soit tout simplement en public, le problème c est que, souvent , j oublie de remettre le son … Mais comme tout, bien utilisé c est super.
    Bon samedi après-midi.

    J'aime

  2. tbearbourges dit :

    Tout à fait. Je n’ai plus de téléphone fixe, juste un cellulaire et il me rend service tellement souvent que je ne saurais m’en passer. Je le ferme par contre quand je me couche ou sur silencieux pendant ma sieste… et j’oublie parfois comme vous de remettre le son. Alors mes enfants m’envoient un message 🙂
    Bonne nuit et bon dimanche à vous.

    J'aime

  3. Heu la comme dirait la bonne normande que je suis, je m aperçois que je ne vous ai point félicité pour votre rap. Bravo.

    J'aime

  4. tbearbourges dit :

    Merci beaucoup.
    Bonne nuit

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s