Les mimes : nos miroirs sans mot dire.

Ils sont les miroirs (et donc forcément muets) de nos façons de vivre : les mimes. Contrairement à la pantomime fort ancienne, beaucoup plus récent sur les planches, le mime est un spectacle de solitaire. 

Jean Gaspard Baptiste Deburau, le premier mime connu jouant en 1830 Pierrot.

Jean Gaspard Baptiste Deburau, le premier mime connu jouant en 1830 Pierrot.

Un artiste seul en scène doit faire rire son public uniquement par sa gestuelle et ses mimiques faciales, langage universel, sans l’aide des mots. Et c’est pour ça qu’ils sont si rares sur nos scènes. 18 en tout et pour tout en un peu plus de 200 ans d’existence.

Charlot

Charlot

Le plus illustre, nécessité du cinéma muet oblige, fut Charlie Chaplin. La renommée du Français Marcel Marceau, dont T-Bear montre une de ses célèbres saynète, a franchi en son temps même les rideaux de fer ou de bambou les plus impénétrables à l’Occident comme l’URSS et la Chine maoiste. 

Et dans cette si restreinte liste que présente Wikipédia des plus prestigieux mimes, il y a le Québécois Michel Courtemanche dont T-Bear est fier de vous présenter deux vidéos. La première est le pastiche de quelqu’un qui, après avoir franchi la barrière de ses préjugés, essaie de se photographier dans un photomaton comme il en existait encore récemment dans les métros.

Actuellement il est remplacé par le selfie avec son cellulaire (mobile). Et l’autre est un véritable festival du pastiche d’un joueur de batterie.

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine

en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui : Trop bêtes.

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans LES MOTS POUR LE RIRE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Les mimes : nos miroirs sans mot dire.

  1. Merveilleux mimes qui font passer tant de sentiments par les gestes et les expressions du visage.
    Beau sujet, merci.
    Bel après-midi. ça y est il paraît que le froid arrive chez moi, oh ! pas un froid comme le vôtre mais froid tout de même ! Ce matin mon char était tout givré, mais quand je suis montée dedans, le soleil avait bien travaillé et elle était toute dégivrée. 🙂

    J'aime

  2. tbearbourges dit :

    -28°C ce matin… et + 2 dimanche !!! 30° de décalage en moins de 24h. Enfin, on prend ce qu’on a.
    Bonne nuit et bon dimanche et couvrez-vous bien si vous allez sur la plage.

    J'aime

  3. tbearbourges dit :

    Tempête de neige annoncée demain lundi. Je vais en profiter pour poursuivre mon conte faferlu.
    Bonne soirée

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s