L’incontournable imposture d’être : damnation

… comme dans un manège qui démarre, je me sens lentement entraîner en rond. manege2Je monte et je descends dans une alternance de sensations binaires : souffrance (faim, irritation due à une couche souillée, réveil brutal à cause d’un bruit), plaisir (ventre repu, bain chaud, murmure apaisant) et vague conscience d’être aimé. Et puis, le manège s’accélère au fur et à mesure que des émotions nouvelles viennent s’ajouter et que ma dépendance se transforme avec l’évolution de mon corps. chat-bebeLa souffrance se nuance de la révolte de ne pas être instantanément écouté, servi, rassuré… et le plaisir commence à dépendre de la nécessité de séduire. Et plus j’avance en âge, plus le gentil manège se transforme en tourbillons d’émotions de plus en plus intenses dans un méli mélo d’attraction et de répulsion, de soumission et de révolte, de violence et de douceur. cartoon-tornado-vector-material_15-3592Les hormones de l’adolescence m’arrachent impétueusement à la sagesse et à la raison dans une tornade émotionnelle difficilement contrôlable. Dans l’oeil du cyclone, je tourne follement en rond entre les deux pôles de pulsions de rébellion et de la jouissive extase.

par Steven

par Steven

Des démons qui deviennent anges et des anges qui se transforment en monstres m’assaillissent tantôt hurlant et bavant, tantôt me caressant avec un sourire enchanteur. Je me sens ballotté entre le désespoir et la félicité. La fureur de vivre alterne avec l’envie de mourir pour en finir avec la perturbation confuse de mes émotions contradictoires. Et puis, et puis, peu à peu le maelström s’apaise. bateau de croisièreBrève image idyllique d’un bateau de croisière avec ma femme et mes enfants. Le calme apparent n’est que relatif. Mal de mer sournois dû au tangage des désirs et des contrariétés. Houle des anxiétés de perdre les biens matériels et la face. Mal d’être en sourdine… supportable pour le moment. mal-de-mer-300x300Illusion de prospérité à travers la brume opiacée d’une routine qui paraît bien ancrée et qui dupe les rêves de jeunesse. Dettes et revenus en vagues de plus en plus fortes secouent la galère cv_rameret je rame. Je rame à contre courant. Je rame dos à la proue comme il se doit, ce qui fait que je ne vois pas arriver orages et tempêtes qui se sont accumulés et qui se vont se déchaîner sur ma tête. Je rame à reculons pour faire avancer la barque et je ne vois pas les écueils d’autant plus que ma pilote m’a largué en route en prenant un canot de sauvetage avec les enfants. ramer-rockwell-kentEt c’est mon naufrage dans une marée d’alcool. Retraite anticipée, retraite forcée qui m’isole dans mon vice. Plus je vieillis et plus je m’enfonce dans un marais de solitude de plus en plus vaseux. dandelucaQuelques bulles nauséabondes de hargne, de rogne et de grogne remontent à la surface pour prouver que je ne suis pas encore noyé. Les sangsues médicales rongent mes petits maux, grands maux de vieillard cacochyme et les gros mots du grincheux. Dégoût de moi-même. fmurrMais plus je me dégoûte, plus je souffre et plus je m’accroche, je m’agrippe, je me cramponne, je me débats désespérément tellement j’ai peur de crever. Plutôt souffrir mille morts que de mourir à de vrai. Et puis voila, un simple éternuement… et j’ai passé de l’autre côté. driant-tombe-provisoire--25e0b18« Est-ce cet enfer, cette damnation que tu regrettes au point de sangloter en te sachant mort ? » Me dit la voix. la-vie-et-rien-d-autre-poster_107104_7103Alors là, il n’a rien compris celui-là. La vie c’est être, tandis que la mort, c’est rien, le vide, le néant… « la délivrance peut-être ? »

Mais qui es-tu pour me parler de même ? 

(à suivre)

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine

en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui : Je suis riche  !

 

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans l'incontournable imposture d'être. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour L’incontournable imposture d’être : damnation

  1. Waouhhh.Quel plaisir de lire chapitre par chapitre votre roman mais quel être tourmenté !
    J’attends la suite comme une gamine mais … je n’oublie pas le slurp miam miam qui me met l’eau à la bouche.
    Bon après-midi au chaud.
    Ce matin, il avait neigé sur les hauteurs de la Vendée… Inutile de préciser qu’elle a fondu à la vitesse grand V. Même pas de quoi faire une boule de neige !

    J'aime

  2. tbearbourges dit :

    Hélas ! Comme la vie est pleine d’imprévu, je ne pourrais pas poursuivre demain mon conte comme vous le verrez. Mais pas de problème pour slurp ! Miam miam.
    Froid Tbearien en ce moment avec des maximums autour de – 13 et des minimums en dessous de -20. Petites sorties quand-même pour se dégourdir les jambes et s’engourdir pommettes et nez.
    Bonne nuit à vous en restant bien au chaud.

    J'aime

  3. Ping : L’incontournable imposture d’être : imposteur sans le savoir. | Tbear Blog

  4. Ping : L’incontournable imposture d’être : des marionnettes | Tbear Blog

  5. Ping : L’incontournable imposture d’être : la danse nuptiale de la fiction avec la réalité | Tbear Blog

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s