Quelle Zèbre !

T-Bear avait écrit ce conte le 24 septembre 2012. Il le remet en ligne (avec quelques modifications) suite au nouvel amendement au code civil français reconnaissant que les animaux sont doués de sensibilité qui ne concerne QUE les animaux domestiques ou d’élevage et n’englobe donc pas les animaux dits sauvage

Il était une fois une jeune adolescente zèbre qui était pensionnaire depuis sa naissance dans un pénitencier pour animaux que les humains appellent zoo avec un Z comme dans Zèbre. Comme tous les animaux, elle était sensible, curieuse et réfléchie. jeune zèbreElle avait compris que ses domestiques étaient les bipèdes qui s’occupaient d’elle et des autres animaux, mais qu’il ne fallait pas s’y fier. Même s’ils étaient leurs serviteurs, ils se croyaient d’une intelligence supérieure et se prenaient pour les maîtres. Si la zèbre avait été humaine elle aurait comparé l’attitude des employés du zoo à celui des politiciens envers le peuple qui pourtant les paie.

Chers administrés, je vous ai assemblé pour savoir à quelle sauce vous voulez être mangés Mais nous ne voulons pas être mangés Là n'est pas la question caricature du XVIIIe siècle

Chers administrés, je vous ai assemblé pour savoir à quelle sauce vous voulez être mangés
Mais nous ne voulons pas être mangés
vous vous écartez de la question
caricature du XVIIIe siècle

La nourriture était bonne et abondante, l’eau fraîche, l’abri confortable et la litière était changée tous les jours. Son quotidien lui était donc assuré sans soucis. Même si des lions rugissaient à l’opposé du zoo et si les hyènes ricanaient à sa droite, elle se savait parfaitement en sécurité, les hautes clôtures étaient là pour la protéger d’eux. Curieusement cet enclos avait rétréci au fur et à mesure qu’elle y avait grandi et elle se sentait maintenant un peu… à l’étroit. zebre-hilareGraduellement et parce qu’elle était intelligente et sensible, à cause du manque de soucis s’insinua l’ennui. Le confort et le désoeuvrement génèrent les états d’âme qui mènent sans qu’on s’en rendre compte à la dépression. Les humains l’ont bien constaté dans de nombreux et coûteux rapports d’experts anonymes : les clients des psychologues sont très rarement les habitants des pays où sévissent la guerre ou la famine ; ils n’en ont pas le temps, ils meurent avant. Sans un frisson de peur et sans un effort, la vie devient vite plate à mort.

Sans un peu de frisson on s'étiole dans l'ennui

Sans un peu de frisson on s’étiole dans l’ennui

Comme tous ses voisins, elle commença à déprimer, même si les serviteurs faisaient tout leur possible pour lui rendre la vie agréable. Quelque part en elle un doute existentiel se faufila comme un virus : est-ce bien la destinée d’une zèbre que de passer toute sa vie dans une cage, même dorée ? Quelle est ma véritable raison d’ÊTRE se demandait-elle ? Elle posa la question à ses voisins, mais ils étaient depuis trop longtemps englués dans leur asthénie pour même prendre conscience du bien fondé de la question. CZECH-ANIMALS-ZOO-FILM-OFFBEATComme elle était encore jeune et donc aventureuse, elle décida de s’évader pour explorer le monde et créer son destin plutôt que de se déliter en se languissant pendant le reste de sa vie dans le bien-être et l’indifférence. Un jour où son serviteur trop confiant avait laissé la porte ouverte, elle s’enfuit pendant qu’il versait son picotin dans la mangeoire. La chance lui sourit et elle put prendre la clé des champs sans qu’on s’en aperçoive à temps.

(suite au prochain billet… sauf imprévu)

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine

en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui : Les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité 2.

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans CONTES FAFERLUS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Quelle Zèbre !

  1. Chic chic ! Une nouvelle histoire qui commence bien. J espère que mademoiselle zèbre va vivre une belle histoire mais… Il y a plein de dangers dans la nature quand on ne la connait pas et puis il va falloir manger, boire et dormir’ ce n’est pas evident quand on a ete habituee à être protégée. La suite me le dira (quand vous le pourrez naturellement)
    Bon après-midi.

    J'aime

  2. tbearbourges dit :

    Vous découvrirez la suite et fin en vous réveillant demain, je n’en dis pas plus
    Bonne nuit bien au chaud et bon mardi de pleine lune en lion.

    J'aime

  3. Ping : Quelle Zèbre (suite et fin) | Tbear Blog

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s