Le pêcheur bienheureux

Il y avait une fois dans la constellation des poissons un prince et une princesse beaux comme des dieux et qui s’aimaient de fol amour.

constellation des poissons

constellation des poissons

Malheureusement pour eux, comme ils n’étaient que fiancés, ils étaient partout chaperonnés par des robots paparazzis enragés qui empêchaient leur passion de s’épanouir normalement ne serait-ce qu’une seconde. Leurs moindres gestes étaient filmés pour être rapportés et observés à la loupe par le Conseil du Patriarcat.

Le conseil des patriarches

Le conseil des patriarches


Les patriarches étaient rendus si tant obtus par leur intégrisme que même s’effleurer l’ongle du majeur par mégarde était considéré comme pêché mortel pour les non mariés. Car 
le pilier central mais ô combien vulnérable de l’ordre, de la morale et de la structure sociale de cette civilisation reposait entièrement sur l’hymen immaculé de la femme avant le mariage. déchirer son hymenLes malheureux amoureux étaient à la torture si tant tellement que leurs nounous compatissantes conspirèrent pour détourner l’attention des paparazzi. Elles envoyèrent deux hologrammes pour remplacer les 2 soupirants. L’imitation fut si parfaite qu’elle leurra effectivement leurs cerbères pendant 1 seconde d’éternité. Mais cela suffit à nos deux tourtereaux pour s’envoler à tire de réacteurs vers une planète lointaine supposée inhabitée mais habitable.

tuvalu-ileIl y règne un printemps éternel et son unique continent brodé de forêts et ajouré de clairières forme comme une immense île, l’île du bonheur simple. Elle est entourée par l’océan des âges qui lèche dans son souffle de paix les plages de sable blanc comme neige et doux comme talc sur fesse de nymphe émue. Pourquoi ce paradis n’est-il pas encore exploité à fond par la faune prédatrice des investisseurs, des promoteurs et des entrepreneurs ? C’est qu’un féroce trou noir en a la garde. Incorruptible et impitoyable envers les méchants, il est sensible aux malheureux et donc aux amoureux. D’un battement de paupière complice il laissa passer les amants enflammés.

Baiser brûlant - peinture T-Bear

Baiser brûlant – peinture T-Bear

La flamme de leur premier baiser fut tellement ardente qu’ils en oublièrent toute promesse de retenue. Encore dans les airs, s’embrasent à leur tour leurs corps. En consommant ils se consument si tant tellement qu’ils durent se jeter à la mer pour ne pas être entièrement calcinés. Une fois leurs désirs rafraîchis, les voici saisis d’une autre faim toute aussi puissante, toute aussi naturelle mais non censurée par le patriarcat. Un irrésistible fumet de poisson grillé attira comme aimant nos amants rassasiés autant qu’affamés vers une petite baie.

Pêcheur heureux - peinture T-Bear

Pêcheur heureux – peinture T-Bear

Un pêcheur solitaire enfant unique de l’océan des âges, lseul habitant de la planète, rôtissait les fruits de son labeur sur un gril  au dessus d’un feu charmant de sarments. couple nuLe couple sortit de la mer en se tenant par la main, vêtus de leur seule infinie tendresse. Mais ils n’en conçurent aucune gêne tant le regard chaleureux et le sourire accueillant du pêcheur les habillait de simplicité. D’ailleurs n’était-il pas lui-même ceint que d’un simple pagne ? Il partagea avec joie ses poissons et quand tout le monde fut rassasié et bien heureux, l’homme qui les avait nourri remercia le couple.lepreux1

Pourquoi nous remercies-tu, lui demanda le prince, alors que c’est nous qui te devons gré ?

Parce que moi, le solitaire, j’ai connu la joie d’admirer en vous l’amour, la jeunesse et la beauté réunis et puis parce qu’à moi, le démuni, m’a été offert la possibilité DE DONNER à des êtres comblés.

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui : Y grec.

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans CONTES FAFERLUS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le pêcheur bienheureux

  1. Encore une belle histoire qui a tout d une fable avec une belle morale. De plus les illustrations sont très bien choisies et très belles, vos oeuvres notamment.
    Bon après-midi avec le soleil peut-être comme chez moi. J’en ai profité pour aller faire des photos de l Océan, j’ai été un peu déçue parce que avec le vent qui soufflait dans les terres, je pensais que l’océan bougerait plus mais bon…je de poserai mes photos demain sur FB.
    A demain.

    J'aime

  2. tbearbourges dit :

    Ici il neige et ça nous donne un agréable redoux avec un -5°C de maximum par rapport à -18° hier, tout étant relatif.
    Bonne nuit à vous

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s