Le lait de ma nourrice…

Était-ce le départ de son mari mobilisé ? L’effondrement de la France en 1940 ? Ou d’autres causes ? En tout cas, le lait de la maman de T-Bear tarit alors qu’il n’avait pas encore tout à fait 4 mois. 

Léticia, la maman de T-Bear

Léticia, la maman de T-Bear

Avant T-Bear, elle avait pourtant nourri au sein jusqu’à sevrage ses frères aînés. Elle essaya les quelques substituts lactiques de l’époque, que T-Bear rejeta avec obstination et protestations. Il fallut chercher une nourrice. Sa famille habitait à ce moment là  la Tunisie qui était un protectorat Français et où le papa de T-Bear, ingénieur, y construisait ponts et routes que la guerre allait détruire, mais il ne le savait pas encore. Ayant vécu les restrictions de la première guerre mondiale et voyant arriver inéluctablement un nouveau conflit, il acheta une petite ferme à 60 km de Tunis. Ce qui permit à la famille de survivre à la disette et en partie aux bombardements.

Charles Jacques, le papa de T-Bear en 1940

Charles Jacques, le papa de T-Bear en 1940

Et ce fut la femme d’un des ouvriers de cette ferme, Khadidja de son prénom, qui allaita bébé T-Bear. Elle-même venait d’accoucher d’une petite fille : Zora. T-Bear chrétien et Zora musulmane devinrent donc frère et soeur de lait comme on disait à l’époque. Ils furent sevrés presque ensembles. Khadidja resta au service de ma mère comme bonne à tout faire. La guerre venait de finir quand en septembre 1945, la mère de T-Bear perdit dans un accident son fils aîné âgé de 15 ans. Comme on peut la comprendre, la pauvre maman de T-Bear sombra dans une très forte dépression. Et c’est tout naturellement que la nounou de T-Bear prit le relais pour s’occuper matériellement et affectueusement du bambin de 5 ans jusqu’à ce qu’il arrive à l’âge d’environ 7 ans. Ce ne fut pas chose facile, car toutes sortes d’épidémies d’après guerre vinrent faucher les enfants de cette génération, dont la petite Zora.

T-Bear au tout début du printemps de sa vie

T-Bear au tout début du printemps de sa vie

T-Bear fut lui-même plusieurs fois à l’article de la mort. Côte à côte, sa maman et sa nounou se relayèrent à son chevet pour le sauver, avec autant de dévouement l’une que l’autre. Et puis, la famille à T-Bear retourna en France. Comme Khadidja avait elle-même une famille et qu’elle ne savait ni lire ni écrire, le cordon ombilical fut définitivement rompu… Bien sûr, elle n’est plus de ce monde depuis longtemps. Mais dans la mémoire et dans le coeur de T-Bear, elle vit encore à la manière d’un bouquet d’amour. Et il ne peut pas évoquer son nom sans que l’eau lui déborde des yeux. Comme la plupart des femmes musulmanes ou chrétiennes de cette époque, Khadidja portait un foulard sur la tête. C’était normal et la mère de T-Bear ne serait jamais sortie sans avoir la tête couverte, mais avec des vêtements européens.

En Tunisie, T-Bear  et ses 2 frères, juste avant la mort de son frère ainé

En Tunisie, en 1945, T-Bear et ses 2 frères, juste avant la mort de son frère aîné

Alors, quand T-Bear entend et voit tant de baptisé(e)s chrétien(ne)s devenu(e)s des laïques fondamentalistes ostraciser les femmes musulmanes qui portent le foulard dans NOS pays qui par ailleurs se gargarisent des droits et libertés de leurs constitutions, ça lui déchire le coeur. Évidemment, quand il essaie d’expliquer, de raconter son vécu la larme à l’oeil, comme il va à contre-courant, T-Bear se fait regarder de travers et même parfois rejeter. Nourri au lait d’islamiste ? Yerk !!! On comprend ben pourquoi que tu les aimes. Mais nous aut’ c’est pas pareil ! On n’est pas raciste, mais… c’est pour LEUR BIEN qu’il faut FORCER ces femmes à se libérer comme nous aut’… Mais… Il est difficile pour T-Bear de fermer sa grande gueule et de ne pas la secouer avec des grognements de colère. Déçu et alarmé, il ne peut hélas QUE constater l’absurde montée d’un racisme qui fait bien l’affaire des politiciens pour nous priver en douceur mais en profondeur de nos droits et libertés au nom de notre sécurité. Et ne voilà-t-il pas que l’autre jour, une Québécoise a redonné à T-Bear courage et espoir que ce courant aveugle et perverse peut changer quand on a la volonté de chercher à comprendre plutôt que de préjuger aveuglement et arbitrairement. Elle a eu le cran de publier sur fesse-bouc en le partageant cet extraordinaire témoignage de Jean Dorion.

Jean Dorion  est un sociologue Québécois qui fut pendant des années Président de la très patriote Société St-Jean Baptiste et délégué du Québec à Tokyo. Il est un militant de la laïcité depuis les années 1960 et pourtant, cela ne l’a pas empêché de faire cet émouvant témoignage que T-Bear partage avec vous. Il a même, par la suite, claqué la porte du Parti Québécois à cause de son projet de charte. Cette vidéo a été enregistrée en 2011 alors qu’il avait été appelé à témoigner en 2011 lors d’audiences nationales sur la laïcité et le projet de charte Québécoise. À l’époque, c’était le gouvernement libéral de Jean Charest qui avait ouvert cette boîte de pandore qui, malheureusement, est loin d’être refermée. C’est pourquoi, même si il se fait refouler ou cracher verbalement dessus par certains de ses lecteurs, T-Bear apporte SON témoignage comme l’a fait avec tant de courage Jean Dorion pour clamer haut et fort aux intégristes de la laïcité comme de toutes religions : 

quelle que soit la couleur de peau, de genre, de culture, de religion ou d’opinion politique,

ce n’est pas l’habit qui fait le moine, MAIS LE COEUR !!!

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui : Urgences longue durée !

 

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans T-BEAR ET LES SIENS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le lait de ma nourrice…

  1. Pauvre T-Bear, le démarrage dans la vie fut difficile mais il n’en fut que plus fort.
    La tolérance est quelque chose que beaucoup ne connaissent point, de plus beaucoup ne comprennent rien à ce qu’est la laïcité qui n’est point le refus des autres religions mais accepter qu’il existe d’autres religions qui sont aussi bonnes les unes que les autres.
    Après ma bonne promenade, je vais aller retrouver ma couette.
    Bon après-midi à vous itou.

    J'aime

  2. tbearbourges dit :

    Merci pour votre compréhension.
    Bonne nuit à vous bien au chaud

    J'aime

  3. Danielle Belley dit :

    Très intéressant Monsieur Tbear!! J’ai eu moi aussi le plaisir d’aller en Tunésie en 2010 et j’ai été secouée par les évènements de la semaine dernière. Les gens là bas ont à coeur l’instruction de leurs enfants et l’évolution de leur société, des valeurs que nous partageons aussi!

    Envoyé de mon iPad

    >

    J'aime

  4. tbearbourges dit :

    Merci pour votre soutient et votre témoignage.
    Bonne journée

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s