L’idiot du village : la merde des sagaces

L'idiot du village

L’idiot du village

Les hommes y ont voulu m’sorti du village cause j’y ai dit au téléphon à Gaston que j’servais d’bouillotte à leu femmes du temps qu’y étaient à mine de nuit et à cause la mission radio à Gaston, tout l’monde y savent maintenant qu’les hommes d’ici c’est tous des gros culs. J’a jamais dit ça à Gaston vu que c’est des menteries. Y a juste M’sieur Verjus pi M’sieur Pinchot l’boulanger qu’on des gros culs. Tous les autes, les mineurs, z’en ont pas d’cul vu qu’y sont aussi plate devant et derrière. J’y ai mandé pourquoi z’ètes en chiard ? Tout l’monde au village y sait que j’su une bouillotte, c’est ma fonction cause qu’j’ai la plus grosse quéquette du village cause que c’est en con passion j’ai pas d’cervelle et qu’j’su fertilisé d’enfance à l’os pisse. Qu’ça toujours été ma fonction à compter du temps j’su v’nu au village pour pas qu’d’autes futés y soyent couchés dans le lit d’leur femme pi qu’y ait des bagarres et qu’y s’tuent comme avant que j’prenne la fonction. Voui, mais le linge sale ça doit rester ent’nous autes qu’y on dit.

M'sieur Painchot

M’sieur Painchot

M’sieu Verjus y a dit qu’c’étions pas ma faute vu que j’su un idiot mais au Gaston qui m’a donné l’téléphon. Les autes y on dit qu’y allaient lui faire sa fête au Gaston pi y z’ont cassé l’téléphon. Mais quand z’ont couru avec des bâtons après le Gaston pour sa fête, le Gaston y est allé au Gendarme pour porter plainte cause la liberté de la paresse qu’y a dit et cause qu’y avaient cassé son téléphon qu’est son outil d’travail comme moi ma quéquette. Y ont payé un nouveau téléphon que j’puisse causer pour la mission à Gaston que c’est son travail pour la liberté de la paresse. Les gars du village y z’étaient encore pusse en chiard cause que la rève finit pas, les minots y gueulent y ont faim et les femmes chialent pi en pusse le Gaston y leu a donné une claque en pleine yeule qu’y disent. Moi j’avions pas vu ça, dommage. Y sont venus autour d’moi pi j’pensais y voulaient m’y donner la claque su la yeule en retour et y casser l’téléphon à Gaston. Mais moi j’voulions pas l’sortir comme y me demandaient. Z’ont juste dit qu’c’était pour le bien de la nation. Vu que tout ce qu’j’y dit au téléphon y passe à la radio, dis’y au président de l’arrêt public qu’y en a mare d’la rève et qu’y arrête de pêcher les gosses à scions avec le sein d’Yca (Qui c’est celle là ?) et qu’y est un gros con trou d’cul. P’tête ben qu’si y écoute,  pi qu’le monde  y filera dans rues pour des festations et ça y oblige à donner aux mineurs et y arrête la rève. Si j’y dis en pleine face avec le téléphon à Gaston, j’serions à nouveau le héros du village pi y aurait pu d’problème avec les femmes. un-idiot-devant-un-ordinateurBen j’y ai dit au Président qu’y était un gros con gros cul pi encore pi encore même qu’à la fin j’y criais en pleine face et j’pouvions pu m’arrêter que les autes y z’ont eu peur et z’ont foutu le camp comme si j’étions le yable. J’a pesé su l’bouton pour le message y parte. Que l’Gaston y m’appelle en retour d’suite pour m’y dire qu’j’avions pas à faire ça et pourquoi j’avais dit des méchancetés su l’Président. J’y ai conté toute l’affaire. M’a dit qu’y avait anguille sous Roche. J’y ai dit que c’était pas Roche qui m’avait dit d’y dire. Gaston y a dit qu’j’étais trop idiot pour comprendre, qu’j’savions même pas quoi c’était une anguille. J’y ai dit qu’j’avions vu une mission à la TV avec Madame Verjus quand Monsieur Verjus y a été à un con gris loin et les anguille c’est des serpents d’eau et même qu’y font les bébés avec la mère des sales garces. anguille sous rocheJ’suis p’tête l’idiot du village, mais j’ai de la construction, moi, que j’y ai dit. Y m’a dit d’pas m’facher qu’c’était juste une pression pour y dire y avait une traitrise en queuq’part qui s’préparait et qu’y allait y voir. Avant d’finir, y m’a dit que pour ma construction, c’était pas la mère des sales garces mais la merde des sagaces et qu’y z’en faisait beaucoup, partout et tout l’temps. J’ai pas ben compris c’qu’y vouliont dire mais y avait accroché. Pi le lendemain, les gendarmes y sont arrivés avec 2 monsieurs en noir avec carvate pour me terroger et me jeter en prison pour haute trahison qu’y ont dit.menottes_arrestation_police-58625 Y ont discuté avec Monsieur Verjus qu’y disaient que j’étais l’idiot du village et que je savais même pas ce que j’disions. Y ont dit que c’était grave pareil vu que ça avait couru comme un rat de marée su l’inter net et que j’avions dit vulgué un secret d’état que maintenant le monde entier y connaissait et que ça allait ruiner le pays. Z’ont pris mon téléphone comme objet du délire et m’ont laissé avec Monsieur Verjus qui y a promis qu’y verrait à ce que j’y dise plus au monde que not’ Président il est con et il a un gros cul, mâme si c’est pu un secret d’état pour personne à ç’t’heure. la-vie-des-autres-muhe-donnersmarckÀ nuit, Gaston y a frappé à ma piaule vu que j’su pu d’service de bouillote pour m’y donner un aut’ téléphon vu que finalement ce que j’y ai dit au Président y a fait monter en flèche sa côte dégoutte de sa mission. Mais qu’y fallait pu sulter le poux voir vu qu’c’t’eux autes les sagaces et qu’y fallait jamais jamais y dire leur vérité en pleine face pour pas s’trouver dans la merde. N’empêche qu’à matin tout le monde y étaient comme fou et qu’y m’ont porté en shtrumf sur leus épaules cause que le Président  que j’dois pas dire qu’y est con et gros cul, y a parlé avec le sein d’Yca pendant la nuit et la rève elle est finie cause moi et que, j’suis pas si idiot qu’ça et un héros et jamais pu y m’appelleront un zero. Va y comprendre de quoi ave les futés. Sont drôle pareil. M’en fou, j’va reprendre ma fonction d’bouillotte à soir. Pi que le bergiste et tout le monde y m’a payé la traite.

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui : Elle a ri à la présidence des États Unis d’Amérique.

 

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans CONTES FAFERLUS, L'idiot du village. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’idiot du village : la merde des sagaces

  1. Toujours aussi super cette histoire, j’aime bien la transcription du parler de l’Idiot du Village.
    Aujourd’hui, pas de mer, mais un ptit tour dans la campagne qui est belle aussi.
    Bon après-midi.
    le fond de votre blog est tout printanier.

    J'aime

  2. tbearbourges dit :

    Merci. C’est une photo que j’avais prise l’année dernière au début du mois de mai à l’Île-des-Moulins.
    Bonne nuit à vous et bon jeudi

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s