Le sandwich de sa vie

Non, non, ce n’est pas une recette de slurp ! Miam miam que T-Bear vous propose mais une constatation. À 75 ans passés T-Bear constate en rétrospective que sa vie ressemble à un sandwich : deux tartines de pain noir beurrées avec en son milieu une couche de miel aux mille et une fleurs.tartine

1940-1961 : La tranche de pain noir d’en bas

Elle débute à la naissance de T-Bear avec une surface carbonisée à sa base par les hécatombes de la deuxième guerre mondiale. Lutte pendant 5 ans entre 3 idéologies supposément laïques dont 2 basées sur le fanatisme, nazisme et marxiste-léninisme.

Mauerbau 1961 / Sebastianstra§eDès la fin de la guerre chaude, la guerre froide pourrit l’adolescence de T-Bear dans la menace du déclenchement d’une guerre nucléaire. Incertitude existentialiste dans le marasme économique et politique de l’après guerre. Guerre de Corée opposant directement communistes et capitalistes se terminant sur un statut quo. Guerres de décolonisation en Indochine puis en Algérie pour la France. Nouvel affrontement idéologique au Vietnam pour les Américains. vmgroupUne nouvelle stratégie, la guérilla, permet aux plus faibles de l’emporter par l’usure sur la puissance militaire des plus forts. À 21 ans, T-Bear atteint légalement sa majorité en même temps qu’il termine son service militaire obligatoire. 21 ans de pain noir vécus depuis sa naissance dans l’horreur des tueries et de la peur.

1961-1968 : 7 ans de beurre de moins en moins rance.

T-Bear débute sa vie d’adulte sur la voie classique : études universitaires, mariage, procréation de mâles. T-Bear et sa jeune épouse n’ont pas envie d’élever leurs fils pour en faire de la chair à canon. Ils s’expatrient au Canada. che-guerilla-850x566Pendant ce temps là, la tension entre les 2 super puissance et la guerre des nerfs se transporte en Amérique Centrale et en Amérique du sud. Harcèlement de guérilla pro-communistes et en contrepartie implantation en bouclier de dictatures militaires pro-capitalistes.

1968-1990 : les années de miel aux mille et une fleurs.

La décennie des années 60 secoue brutalement de leur torpeur, de leur routine et de leur ennuie les deux idéologies dominantes. Pour l’Occident, séisme religieux avec Vatican II, révolution tranquille au Québec, avènement du rock et du Peace n’love aux USA, évènements de mai 1968 en France. Solidarnosc par KrauzeDe l’autre côté du rideau de fer, un peu plus tardivement, printemps de Prague et Solidarnosc amorcent l’implosion du bloc de l’Est. C’est le début d’un temps nouveau.

Tout laissait croire que, enfin, l’humanité se dirigeait VRAIMENT vers des lendemains radieux. Il fut interdit d’interdire. Tout devint possible. Libération de la femme, des préjugés raciaux et religieux. le sexe et le plaisir devenaient la recette du bonheur universel. La terre allait devenir un village global. Traités de désarmement entre les grandes puissances pour désamorcer les tensions. hippie-cars-11Possibilité de voyager librement et sans problème d’un bout à l’autre de la planète à pied, à bicyclette, en voiture ou en avion. Les vaches grâces régnaient sur une économie prospère. La robotique et l’informatique en pleine croissance allaient soulager l’humanité de l’esclavage du travail.  1616-dossier-robotiqueLe paradis terrestre à portée de la main. Apogée apothéose de cette si tant belle perspective : l’implosion tant espéré de l’empire soviétique. La fin de la guerre froide et de la peur du cataclysme nucléaire.

GERMANY-WALL-COMMUNISMVictoire de la démocratie sur le dernier fanatisme idéologique. 22 ans de prospérité dans le miel de la si tant belle illusion. Qu’est-ce que T-Bear y a cru !!!!

1990- 2001 : retour au beurre qui rancit en s’accrochant à la tartine du dessus.

Et puis la tartine du dessus a amorcé très rapidement la pression contraignante à cette douceur. D’abord le beurre a remplacé le miel. Dans ce ciel encore clair de cet été idyllique humain a éclaté brusquement le premier orage de la fin des vacances de rêve. En août 1990, « opération bouclier du désert » réunissait pour la première fois depuis la fin de la 2ème guerre mondiale les alliés occidentaux dans une guerre (du pétrole) contre le tout petit état de l’Irak de Saddam Hussein pourtant encore allié des USA. 2625350-3704801Et puis, peu à peu le beurre a commencé à rancir de plus en plus avec des interventions brutales américaines, les nouveaux maîtres du monde, en Amérique centrale et du sud pour se débarrasser de leurs anciens alliés. les dictateurs qu’ils avaient eux-même créés étaient devenus moralement gênants et surtout obsolètes avec la fin de la guerre froide. 242017_photo-transmise-le-14-decembre-2011-par-le-gouvernement-du-panama-de-l-ancien-dictateur-manuel-noriega-dans-sa-prison-au-sud-est-de-panama-city« Pour rétablir l’ordre et la démocratie, pour créer l’ordre nouveau qui allait régir le monde dans la paix et la prospérité ». Le Président Bush n’a pas rajouté « pour mille ans » afin de ne pas rappeler de mauvais souvenirs. Pétarades éparpillées de racisme en Ouganda et en Afrique centrale. Explosion du fanatisme à prétexte religieux au Moyen Orient avec prise en main terroriste par Al Qaida, une autre création des USA du temps de la guerre froide. Ça va se retourner contre eux avec l’inconcevable 11 septembre 2001.

2001- à maintenant; le pain noir est de retour.

Dès le début du XXIème siècle, à cause de cet évènement et avec les guerres qui en ont découlé,  a commencé le déclin de l’empire américain entraînant avec lui non seulement l’Occident mais la stabilité mondiale. Finis les espoirs de paix dans un monde meilleur. Finies les douces rêveries du peace n’love. S’amorcent en progression constante les folies sanguinaires de la haine et du racisme. attentats-11-septembre-2001-new-york-675389-jpg_463838Malgré leur incommensurable supériorité militaire, la domination américaine et de ses alliés occidentaux s’étiole face au fanatisme et au terrorisme dans les guerres honteusement perdues d’Afghanistan, d’Irak, de Libye, de Syrie etc… Ils perdent encore plus la face en déboulonnant trop vite et inconsidérément leurs anciens alliés dictateurs pro-occidentaux de la Tunisie à l’Égypte. Ce qui a facilité l’implantation des intégristes.Hosni MubarakEffritement lent mais constant de l’économique occidentale avec les délocalisations inconsidérées des productions de base au profit des pays émergeants. Pourrissement de la situation dans toute l’Afrique aux prises avec les fanatismes soit disant religieux. Racisme devenu institutionnel partout, des 2 côtés. Migration en masse de populations humaines, indicatrice de l’imminence d’un conflit généralisé dévastateur. Ce pain noir s’en va vers une nouvelle carbonisation. Retour à la case départ 75 ans après pour T-Bear qui actuellement ne demanderait pas mieux que d’avaler tout rond le reste de son sandwich avant qu’il ne devienne trop amer. ours25Après toute une vie, T-Bear constate  que le fondement même de l’esprit humain est ainsi fait qu’à la paix et à l’amour, il préfère la guerre et la haine… Il espère de tout son coeur que l’actuelle tranche de pain noir ne carbonisera pas pour ses petits enfants et qu’ils pourront comme leur grand-papa goûter au miel des mille et une fleurs mais pour bien plus longtemps…

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre 

aujourd’hui : Toute une vie.

 

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans ÉLUCUBRATIONS À T-BEAR. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s