Dans quelle sauce mijotons nous ?

Dans sa rubrique « Slurp ! Miam miam » T-Bear a l’habitude de donner des recettes de mets qu’il vous invite à déguster. Mais là, paradoxalement, T-Bear vous propose de retourner la lorgnette, puisque c’est nous, citoyens de tous les pays, qui sommes dans la marmite, destinés à être dévorés. Anesthésiés par le confort et la souplesse du crédit, nous subissons dans L’ignorance et donc l’indifférence d’être cuits à petit feu comme la grenouille de la fameuse allégorie

Les bulles des nouvelles souvent contradictoires qui remontent du fond de la mijoteuse crèvent la surface de nos écrans de télévision pour secouer plus ou moins notre quiétude, avant de s’étioler dans notre apathie, hors de notre espace vital. Comme d’une piqûre de maringouin, sur l’instant nous croassons sans multiplier les questions. Après tout, pour vivre heureux ne doit on pas vivre en se cachant… de ce qui risque de nous gêner ? vérité mensongeAinsi, par exemple, la dette. De nos jours tout citoyen ne peut être crédible que si il assume un bon crédit : c’est ça qui fait marcher l’économie assurent les autorités. Donc vinga, la vie est belle, endettons nous. Puis un jour, à force de se gonfler, la grenouille éclate comme celle de la fable qui veut se faire aussi grosse que le boeuf. grenouille-printaniereC’est ce qui est en train d’arriver à tous les états modernes, la Grèce n’en étant que la pointe de l’iceberg. Et à nous aussi ça sera notre tour, nous, les bancs de sardines ratissés par les même filets. Mais qui sont les pêcheurs ? Cette petite animation belge très bien faite va commencer à nous éclairer : à qui profite la dette.

Mais si c’est facile d’accuser et de dénoncer, faire l’effort de trouver des solutions pour s’en sortir est beaucoup plus laborieux, pénible et même périlleux. T-Bear vous propose d’écouter et de voir cette animation qui joint non seulement l’explication du pourquoi et du comment de la sauce dans laquelle nous et nos enfants mijotons, mais aussi à la toute fin des recettes pour s’en sortir. C’est un film de 10 minutes, mais où l’on ne perd pas son temps. Voici : dette, crise, chômage, qui crée l’argent ?

Certains en l’écoutant pourraient croire que l’auteur fait référence ENCORE à un complot mondial, celui de l’oligarchie. En fait, ce n’est juste qu’une classification qui désigne les entités physiques ou morales qui n’ont de commun ensemble que celui du profit à tout prix et surtout immédiat au détriment des autres. À l’intérieur de cette classe les rivalités y sont aussi féroces et autodestructrices que celles de la mafia. Luca-il-contrabbandiere-cameo-smallÀ l’intérieur de ce qui semble être une confrérie, c’est la guerre des gangs. Toute alliance y est mouvante et temporaire. Heureusement, faute d’union véritable et durable, un complot mondial organisé ne peut être qu’utopique. Par contre, les guerres intestines qui fragilise les rouages de ce système d’exploitation est en train de le faire mourir de ses propres contradictions, nous entraînant, nous et notre descendance, dans une destruction sans précédent si nous n’arrivons pas à trouver collectivement les moyens de l’arrêter tant qu’il en est encore temps. Il y a urgence. La minuterie de la mijoteuse fait défaut, il y a surchauffe et la sauce est en train de cramer et nous et les générations à venir avec.

montage T-Bear

montage T-Bear

Il est parfaitement évident qu’aucun gouvernement au monde ne voudra se faire harakiri en changeant en profondeur quoi que ce soit d’un système qui leur dispense pouvoir et richesse. Alors, en tant qu’individus que pouvons-nous faire pour circonscrire le sinistre ? D’abord et avant tout prendre conscience de cette réalité sans essayer de se défiler. Ensuite, répandre ces vidéos sur les réseaux sociaux en demandant de les partager pour que de plus en plus de personnes en prenne connaissance. Et puis, pour celles et ceux qui en ont le courage et la possibilité, s’impliquer par tous les moyens disponibles pour obliger les états à récupérer la création de monnaie et pour instituer une véritable démocratie au service du peuple. québec librePour nous Québécois, malgré les apparences, c’est l’indépendance qui peut nous sauver en nous permettant de créer notre propre monnaie et le gouvernement qui nous convient. 

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre 

aujourd’hui : Les clés de la réussite.

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans ÉLUCUBRATIONS À T-BEAR. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s