La bataille fut gigantesque…

T-Bear espère bien que c’est la dernière grippe de l’année (2015), même si c’est la première de la saison (2015 – 2016). Ah ! que les humains sont compliqués ! T-Bear est heureusement rarement malade, mais quand il l’est, il y a de quoi assommer un ours des cavernes. Son système immunitaire purement organique et sans antibiotique réagit violemment, détruisant sans merci l’adversaire. Ce qui laisse pantelant et flageolant son général en chef. ImpressionVoici en parodie la geste narrée dans un poème épique sur la musique de la marche funèbre du compositeur Ernest Reyer à l’occasion des funérailles du Maréchal GérardElle fut immortalisée par l’adaptation paillarde qu’en fit le poète Théophile Gauthier par dérision politique, universellement connue sous le nom de De Profundis morpionibus (à ne pas faire voir ni entendre aux enfants).

De profundis microbius

Maintenant que je respire
Voici ce que m’inspire
un des combats les plus fameux
Et aussi des plus venimeux
 
refrain :
De profundis microbius
at gorgibus at nasibus
Et at nauseabus
(peut être remplacé par tralalala lalala…
            …lalala lalalère)
Bathing-Bear
 
Dans mon corps de bonne taille
Des virus livrèrent bataille
À une forte médication
Ingurgitée sans prescription
refrain 
 3244805615
Le choc fut si tant effrayant
Que tous mes proches en s’enfuyant
M’ont vilement abandonné
Sauf Sara qui approvisionnait.
refrain 
bataille-ours
 Deux héros de grande renommée
Affrontent leurs grandes armées 
L’un est oscilococcinum
L’autre H1N1 il se nomme.
Refrain
Les-Grands-Jeux-Romains-aux-Arenes-de-Nimes-la-bataille-avec-l-ours
 Dans une formidable rixe
On vit le grand capitaine Vicks
Trucider de taille et d’estoque
Un très vilain staphylocoque
Refrain
moto-terminator
 Un virus motocycliste
Messager des renforts en piste
Sur un glaire il dérapa
Et dans la morve il s’englua.
Refrain
 
nez
La bataille fut gigantesque
Tous les microbes périrent ou presque
À l’exception des obstinés
Qui s’accrochaient au poil du nez.
Refrain
760589765
Enfin, dans un dernier reflex,
Au cimetière des kleenex
Y fut brandi le blanc mouchoir
Donnant aux remèdes la victoire !
Refrain
 

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre 

aujourd’hui : À force de banaliser .

 

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans T-BEAR ET LES SIENS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s