Semaine de Halloween par chez nous

La semaine d’Halloween commence cette année par une grève dans les écoles et se terminera par le changement d’heure, avec à travers tout ça une pleine lune en taureau le mardi 27 à travers ça (Merci à Marylène  pour cette indication astrologique). dibujo-disfraz-halloween-source_u9aEt bien entendu les enfants sont tout excités car ici, en Amérique du Nord, c’est autant leur fête que Noël. Et même plus puisque c’est une célébration païenne et donc totalement laïque ouverte à n’importe quelle croyance ou non croyance. Contrairement à ce que beaucoup pensent, ce n’est pas une tradition anglo-saxonne. D’ailleurs Halloween n’est traditionnellement célébré dans aucune autre partie du Commonwealth, contrairement au rugby, sauf dans les anciens royaumes celtes d’Écosse et du Pays-de-Galles. Car c’est avant tout une coutume Celte qui remonte à bien avant le Christianisme. samhain_blessings-1890741Les festivités de Samhain dans « notre » octobre des temps modernes représentaient leur nouvel an à eux, le passage de la saison claire à la saison sombre. Une sorte de changement d’heure antique quoi. D’où les lumières partout. les revenants, les sorcières et le déguisement des enfants pour transformer en amusement ce qui fait peur. Les vieux donnent aux petits, symboles de la suite du monde, les douceurs qu’ils ont reçues au cours de leur vie. Tout plein de beaux symboles.

Irish emigrants wait with their few belongings to board ship for North America. Millions were forced to leave by famine (National Archives C-3904).

Irish emigrants wait with their few belongings to board ship for North America. Millions were forced to leave by famine (National Archives C-3904).

C’est l’immigration Irlandaise du XIXème siècle qui a importé cette coutume aux États Unis et au Québec. Ici, comme ils étaient Catholiques et haïssaient les Anglais, ils se sont vite fondus dans la population Canadienne-Française, surtout dans les campagnes. catalogue-hallowenNaturellement le mercantilisme a transformé partout ailleurs Halloween en une espèce de foire à l’horreur dans lesquels les adultes prennent souvent la place des enfants, avec comme conséquence de prendre un coup… et parfois d’en donner.  Bien que la plupart du temps maintenant les costumes tout faits viennent d’Asie et suivent une mode comme tout le reste, beaucoup d’enfants Québécois aidés de leur famille imaginent et se confectionnent leurs différents costumes, selon qu’ils soient destinés à parader à l’école ou à quêter au porte à porte les bonbons.

Charlotte en pom pom girl - T-Bear

Pour la fête à l’école, Charlotte en pom pom girl, Halloween 2014 – T-Bear

C’est tellement touchant pour T-Bear de ressentir l’excitation et  la joie de tous les petits dans sa famille pendant cette semaine de préparatifs. Dans sa rue qui mène à l’école, c’est beau de les voir déguisés défiler à la queue-leu-leu… et en revenir un peu débraillés. HalloweenEt puis, le soir du 31 octobre, le soir H, toute la ville grouille d’enfants et de parents dès le couché du soleil jusque vers 8h où les enfants retrouvent leurs rêves sous une couverture de bonbons. Comme les petits-enfants de T-Bear, leurs cousins et amis accompagnés de leurs parents vont collecter, c’est T-Bear qui depuis 5 ans se charge de la distribution des confiseries à la maison de Sara sa belle-fille. Que du grand bonheur.

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre 

aujourd’hui : chanter la p0mme.

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans C'EST AINSI QUE LES HUMAINS VIVENT. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s