Mon animal de compagnie

C’est chouette d’offrir à Noël une compagne ou un compagnon à poil (animal bien entendu), à plume ou à écaille. En plus d’être d’une fidélité à toute épreuve, un animal familier est souvent la meilleure thérapie pour celles et ceux qui souffrent de solitude. enteteenfant350Mais attention, un animal de compagnie n’est pas un cadeau ordinaire comme un jouet ou une bébelle (babiole, gadget) à la mode que l’on peut jeter sans vergogne aux poubelles une fois qu’elle est démodée ou qu’on s’en est lassé. ON ADOPTE UN ÊTRE VIVANT avec toute la responsabilité et les devoirs que cela implique. Est formelle là dessus la loi 54 qui vient d’être adoptée à l’unanimité le 4 décembre 2015, juste à temps pour les fêtes. abandon chienLégalement, un animal n’est désormais plus considéré au Québec comme un bien meuble (comme une chaise, une voiture ou un vêtement), mais comme un «être doué de sensibilité et ayant des impératifs biologiques». Il était temps. Plus personne ne pourra impunément « noyer son chien en disant qu’il a la rage » comme disait le dicton. Tout humain qui abandonne, maltraite ou tue un animal de compagnie est maintenant passible de lourdes pénalités. 12274717_927968553961571_3410892895228774420_nCette loi en fera réfléchir plus d’un(e) et permettra à celles et ceux qui ont de la tendresse à donner et à recevoir de pouvoir combler ces besoins pour le plus grand bonheur de nos amis non humains. Il y a bien entendu des cas de force majeure qui légitiment la séparation d’avec son animal favori comme des problèmes financiers graves, de santé ou de décès. 12241770_1705636029655366_2385733802151515873_nPlutôt que la solution finale et expéditive de l’euthanasie, choisissez plutôt de le donner aux organismes de protection des animaux ou aux refuges qui pourvoiront à sa réinsertion dans une nouvelle famille. À ce propos et en cette dernière semaine avant Noël, T-Bear tient à souligner que, hélas, beaucoup d’animaux de toutes sortes, à poil à plume ou à écaille, de sang chaud comme de sang froid attendent une adoption dans ces centres de refuge pour animaux et que ceux-ci bénéficient des mêmes garanties de santé que dans une animalerie commerciale… en plus de coûter beaucoup moins cher. adopter pour NoëlAdopter un animal d’un refuge c’est faire une bonne action qui vous sera rendue avec un amour infini.

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre 

aujourd’hui : Croire encore au Père Noël.

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans C'EST AINSI QUE LES HUMAINS VIVENT. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s