L’oiseau pourpre

poussins cardinaux - photographe inconnu

poussins cardinaux – photographe inconnu

Ça s’peux-tu être laite (laid en Québécois) de même ? Et pourtant leurs parents doivent les trouver très beaux !??! Remarquez qu’on trouve nos bébés vagissants à la naissance d’une beauté à tout casser… même les oreilles. Bon, bon, T-Bear se sauve sous la lapidation de toutes les mères unies… et des pères aussi. Même si tous les bébés de race blanche de moins d’un jour ressemblent quel que soit le sexe à Winston Churchill vieux, le cigare et le chapeau melon en moins.

manque le chapeau melon

manque le chapeau melon

Ça n’empêche pas les papas de les aimer en coup de foudre dès le premier instant et aux heureux parents de leur vouer leur vie. La différence entre les animaux et nous, c’est que chez eux, ça ne dure que quelques semaines, du moins pour les oiseaux. Pas plus. Mais quel travail !!! Regardez bien cette vidéo paparazzi qui montre un couple de cardinal en train de gaver leurs poussins.

À remarquer que chez les oiseaux la nature a prévu que les nourrissons empochent leur fiente dans un sac que les parents gobent et recrachent à l’extérieur pour la propreté des lieux. Des couches écologiques biodégradables et recyclables conçues depuis des millions d’années.

Ce n'est pas un "bec". Lors de la parade, le mâle donne la becquée à la femelle pour lui prouver qu'il est apte à nourrir les poussins.

Ce n’est pas un « bec ». Lors de la parade, le mâle donne la becquée à la femelle pour lui prouver qu’il est apte à nourrir les poussins.

Quand donc nous, orgueilleux humains, arriverons-nous à développer la technologie aussi loin ? Mais quel parent humain pousserait l’abnégation jusqu’à avaler la substance ? Bref, pendant la longue élucubration de T-Bear vous aurez reconnu sur les images et vidéos le plus étincelant de nos oiseaux d’Amérique du Nord : le cardinal. Mes respects Monseigneur. vol cardinalLa lectrice assidue de T-Bear lui a indiqué que même l’immortel François René vicomte de Chateaubriand le mentionne en 1801 dans son roman Atala dans cette citation qu’elle lui a transmis :

Le lendemain je m’éveillai aux chants des cardinaux et des oiseaux-moqueurs, nichés dans les acacias et les lauriers qui environnaient la grotte. — (Chateaubriand, Atala, 1801)

Le chant des cardinaux ? Certains le trouvent assez sublime pour appeler « rossignol américain » notre oiseau vêtu de pourpre… Probablement ont-ils été séduits par les vocalises de la Castafiore, car certains le trouvent plutôt bruyant. neigeÉvidemment tout dépend des goûts et surtout des saisons. cardinal printempsMais t-Bear vous laisse juger individuellement de la chose en l’écoutant dans cette vidéo donner sa sérénade pour émouvoir les femelles des environs.

Le texte est dit en anglais, mais T-Bear l’a choisi car il explique cette particularité de la double caisse de résonance qu’ont certains oiseaux et qui leur permet de « turluter » à gorge déployée pour mieux séduire.

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre 

aujourd’hui: à l’école des petits oiseaux

 

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans Québec, mes amours. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s