Un arbre pour un nouveau né

C’est à Terrebonne, Québec, Canada qu’habite T-Bear et ses petits-enfants entourés de leur nombreuse famille maternelle. C’est une banlieue au nord de Montréal d’un peu plus de 120 000 habitants.

vue partielle aérienne de Terrebonne

vue partielle aérienne de Terrebonne

Cossue à la nord-américaine, elle est au 3/4 composée de maisons individuelles protégeant à l’arrière un jardinet bien souvent encombré d’une piscine familiale.  Depuis deux décennies, les lotissements n’arrêtent pas de s’agrandir aux dépends de l’ancienne forêt d’épinettes noires (épicéas), de bouleaux et de saules sur un terrain marécageux souvent ponctué de tourbières. 49037943Non seulement il a fallu déforester (néologisme de T-Bear), mais assainir le terrain par drainage et ajout de toutes sortes d’agrégats minéraux supportant une mince couche de terre arable pour faire pousser l’incontournable pelouse. Les nouveaux propriétaires ont le plus souvent planté à la va-comme-je-te-pousse sur leur terrain quelques feuillus plus décoratifs que bien adaptés aux rigueurs de l’hiver et du terrain, cohabitant avec des haies mitoyennes de « cèdre » (thuyas). cour-arriere-maison-a-vendre-terrebonne-quebec-province-1600-5387000C’est loin d’être suffisant pour assécher et stabiliser les dessous marécageux. Surtout à la fonte des neiges et même par des étés pluvieux se fait sentir le manque de vrais arbres perpétuellement altérés, propres à pomper l’eau de la nappe phréatique trop proche de la surface. Alors la municipalité cherche par tous les moyens possibles à reboiser adéquatement. En voici un qui parait à T-Bear génial, surtout pour son concept imagé d’enraciner à sa ville le nouveau futur contribuable en même temps qu’un arbre qui naturellement devrait largement lui survivre. Comme le montre ce panneau, la municipalité de Terrebonne offre gratuitement un arbre à planter aux familles ou personnes qui viennent d’avoir un enfant. panneau BBC’est l’inverse du cimetière en Israël où l’on a planté 6 millions d’arbres dans le désert pour commémorer les 6millions de morts de l’holocauste. Et ceci, comme disent les Français, à low cost.

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre 

aujourd’hui: 2 poids, 2 mesures… d’opinion.

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans Terrebonne. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s