La Manic

Mardi matin 9 février, T-Bear promenait son chariot d’épicerie (que les Français s’obstinent à appeler « caddie », marque commerciale dérivée de l’anglais) entre les allées d’un supermarché au milieu de la musique « kétaine » (très très ordinaire) habituelle quand son oreille se dressa. Caddie-se-convertit-au-plastique-pour-rebondirEn même temps que lui, plusieurs vieilles et vieux de son âge s’arrêtèrent pour écouter. Un afflux de souvenirs cascadant du coeur à l’âme marquèrent les visages d’un sourire ou d’une larme ou plus souvent des deux. Georges Dor chantait « la Manic » de sa voix triste et feutrée.

Encore tout ému T-Bear poursuivit sa chasse aux promotions dans un autre supermarché quand… nouvel arrêt… de nouveau la même chanson. Coïncidence ? T-Bear voulut en avoir le coeur net. Par chance vint à passer un des membres de la direction et T-Bear l’interrogea. Grand sourire de la gente dame qui lui répondit que c’était en commémoration du cinquantième anniversaire de cette admirable chanson qui fit en son temps le tour du monde comme ambassadrice du Québec au même titre que Félix Leclerc ou plus tard l’inconsolable Céline Dion. La décennie 1960 fut marquée au Québec par la révolution tranquille et la mise en chantier du complexe hydroélectrique Daniel Johnson « des » Manic. 

Même le papa de Tintin, Hergé, fit un tour sur le chantier de Manic 1

Même le papa de Tintin, Hergé (à droite), fit un tour sur le chantier de Manic 1

La Manicouagan plus communément appelé Manic est le premier complexe d’envergure de barrages en béton construit au Québec sur la rivière Manicouagan, à proximité de la Côte Nord du Québec. Grâce à une nouvelle vague d’ingénieurs issue de ses propres universités, les Québécois ne furent plus jugés avec dédain par les Américains et les Canadiens anglais comme seulement bons à être du « cheap labour » (main d’oeuvre bon marché en anglais).  

les Manics du complexe Daniel Johnson

les Manics du complexe Daniel Johnson

De cette magnifique expérience sont nées les firmes Lavalin et Dessau. dont le savoir faire et la réputation ont fait le tour du monde. Les Manic ont permis la mise en chantier et la réalisation à la Baie James du troisième plus grand complexe hydroélectrique au monde et surtout dans des conditions extrêmes. T-Bear en sait quelque chose, lui qui y a passé 10 ans de sa vie en exploration et sur les chantiers de construction. 11.14Des milliers de travailleurs y ont gagné à la sueur de leur isolement et de leur ennuie la vie de leur famille restée « en bas ».

Georges Dor au réfectoire de la Manic

le réfectoire de la Manic en 1965

Et puis, en février 1966, lors d’un spectacle donné au réfectoire de la Manic, ces travailleurs ont entendu un chanteur traduire incroyablement bien leur incommensurable cafard tant sexuel qu’amoureux dans une chanson, « la Manic ». Ce fut immédiatement un succès. Reprise par Salvatore Adamo dont voici la version, elle fit battre en son temps le coeur des Français.

Même les Russes tombèrent sous le charme nostalgique lors d’un spectacle à Moscou de Bruno Pelletier, par Léonard Cohen.  Et pour celles et ceux qui voudraient connaître les paroles.

LA MANIC
paroles et musique: Georges Dor

Si tu savais comme on s’ennuie
À la Manic
Tu m’écrirais bien plus souvent
À la Manicouagan
Parfois je pense à toi si fort
Je recrée ton âme et ton corps
Je te regarde et m’émerveille
Je me prolonge en toi
Comme le fleuve dans la mer
Et la fleur dans l’abeille

Que deviennent quand j’suis pas là,
Mon bel amour,
Ton front doux comme fine soie
Et tes yeux de velours?
Te tournes-tu vers la côte nord
Pour voir un peu, pour voir encore
Ma main qui te fait signe d’attendre?
Soir et matin je tends les bras
Je te rejoins où que tu sois
Et je te garde

Dis-moi c’ qui s’ passe à Trois-Rivières
Et à Québec
Là où la vie a tant à faire
Et tout c’ qu’on fait avec
Dis-moi c’ qui s’ passe à Montréal,
Dans les rues sales et transversales
Où tu es toujours la plus belle,
Car la laideur ne t’atteint pas,
Toi que j’aimerai jusqu’au trépas,
Mon éternelle

Nous autres on fait les fanfarons
À coeur de jour
Mais on est tous de bons larrons
Cloués à leurs amours.
Y en a qui jouent de la guitare,
D’autres qui jouent d’ l’accordéon
Pour passer l’ temps quand y est trop long
Mais moi, je joue de mes amours
Et je danse en disant ton nom,
Tellement je t’aime

Si tu savais comme on s’ennuie
À la Manic
Tu m’écrirais bien plus souvent
À la Manicouagan
Si t’as pas grand’chose à me dire,
Écris cent fois les mots «Je t’aime»:
Ça fera le plus beau des poèmes.
Je le lirai cent fois…
Cent fois cent fois c’est pas beaucoup
Pour ceux qui s’aiment

Si tu savais comme on s’ennuie
À la Manic
Tu m’écrirais bien plus souvent
À la Manicouagan.

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans Québec, mes amours. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s