crise aigüe de l’accent

Au moment où l’économie mondiale connaît une crise majeur, au moment où le terrorisme fait rage à peu près partout sur la planète, au moment où des millions d’êtres humains fuient les horreurs de la guerre, au moment où le populisme et les idées fascistes envahissent l’Occident et menacent les institutions démocratiques, voici qu’une grosse polémique secoue la francophonie au sujet d’une supposée réforme de la langue française. je-suis-accent-circonflexe-720x393Les sourcils froncés en accent circonflexe, une partie du monde francophone s’envoie des paquets de bêtises et des contrevérités jusque dans les médiats d’information qui font leur beurre en alimentant le feu avec le papier journal. le chatT-Bear ne sachant plus à quel sein… (oups, pardon) saint se vouer est allé s’allaiter aux sources. Et là il a découvert que cette soit-disant réforme n’en est en fait pas une mais un RECTIFICATIF alternatif à certaines anomalies de la langue française. Et en plus, c’est loin d’être du nouveau fraîchement moulu par les assidus fonctionnaires du ministère de l’éducation. C’est tout simplement la mise en application après 25 ans dans les oubliettes d’une « rectification orthographique du français » qui a été publiée le 6 décembre 1990 dans la rubrique « documents administratifs » du « Journal officiel de la République française » . Réforme-de-lorthographe-top-5-des-tweets-les-plus-hilarants-trouvés-sur-twitter-Ces rectifications ont été préalablement approuvées par le Conseil international de la langue française et par l’Académie Française qui les avalise à l’unanimité, tout en précisant : L’orthographe actuelle reste d’usage, et les « recommandations » du Conseil supérieur de la langue française ne portent que sur des mots qui pourront être écrits de manière différente sans constituer des incorrections ni être considérés comme des fautes. Recommandation entérinée par le Journal Officiel : Aucune des deux graphies ne peut être tenue pour fautive. Il ne s’agit donc pas pour l’Académie d’une « réforme », mais bien d’une simple « tolérance ». sans fauteCes mesures sont entrées en vigueur il y a 25 ans et ont été adoptées peu à peu et sans problème par la Belgique, la Suisse ainsi que par plusieurs pays de la francophonie d’Afrique et d’Asie. Mais elle n’était entrée en usage dans les institutions scolaires ni en France ni au Québec. Et puis voilà que dans son incapacité à réformer en profondeur son système d’éducation, le gouvernement Français sort des poussiéreuses archives ces rectifications orthographiques de 1990 comme si c’était une nouvelle réforme, une innovation imposée drastiquement par décret dès la rentrée scolaire de septembre 2016. XVM5a7bb94c-cb30-11e5-826a-63ee7ff6b128Il n’en fallait pas plus pour que des deux côtés de l’Atlantique Nord, tout le monde intellectuel et journalistique « lève les baguettes en l’air » comme on dit au Québec. Et la « chicane poigne » dans les 2 peuples entre les pour et les contre une réforme qui n’en est pas une et qui a en fait 25 ans d’âge.

Silence des gouvernements impliqués devant l’escobarderie diffusée à ce sujet, alors qu’il aurait suffi de transmettre simplement la vérité pour calmer les craintes et les esprits. Mais ils sont bien heureux de dissimuler leur incurie derrière cette tempête de poussière soufflée depuis les archives pour manipuler l’opinion public. vers-une-reforme-de-l-orthographe-au-quebecChères lectrices et chers lecteurs de T-Bear, pour vous permettre de distinguer les contrevérités qui pullulent sur la presse et les réseaux sociaux, vous connaîtrez la vérité vraie en cliquant sur « le journal officiel du 6 décembre 1990 » qui vous donnera l’entier du texte. Et pour celles et ceux qui  n’ont pas le temps de le lire, voici en résumé les points essentiels de cette rectification.

Depuis 25 ans, voici sur quoi les modifications portent :

  • le trait d’union : dans un certain nombre de mots, le trait d’union est remplacé par la soudure (exemple : « porte-monnaie » devient « portemonnaie », comme « portefeuille ». 
  • le pluriel des noms composés : les mots composés du type « pèse-lettre » suivent au pluriel la règle des mots simples pour devenir des « pèse-lettres ».
  • l’accent circonflexe : remplaçant la plupart du temps une lettre du vieux français disparue (exemple hospital devenu hôpital) il n’est plus obligatoire sur les lettres « o », « i » et « u », sauf dans les terminaisons verbales (exemple : « cela est dû à ») et dans quelques mots où il est nécessaire pour la distinction entre homonymes (exemple : « qu’il fût », « mûr », « sûr »). 
  • le participe passé des verbes pronominaux : il est invariable dans le cas de « laisser » suivi d’un infinitif (exemple : « elle s’est laissé mourir »).
  • des anomalies :
    • mots empruntés : pour l’accentuation et le pluriel, les mots empruntés suivent les règles des mots français (exemple : un « imprésario », des « imprésarios ») (dans beaucoup de cas, il s’agit non de nouvelles formes, mais de trancher des cohabitations existantes)
    • séries désaccordées : des graphies sont rendues conformes aux règles de l’écriture du français (exemple : « douçâtre » remplace « douceâtre »), ou à la cohérence d’une série précise (exemple : « boursoufler » devient « boursouffler » comme « souffler », « chariot » devient « charriot » comme « charrette »).

Ces propositions ont été présentées sous forme, d’une part, de règles d’application générales et de modifications de graphies particulières destinées aux usagers et aux enseignants, et, d’autre part, sous forme de recommandations à l’usage des lexicographes et des créateurs de néologismes.

la dictée de pivot "new fashion"

la dictée de pivot « new fashion »

Alors, dites-moi : et où il est le problème ? Ce n’est tout simplement que la mise en application d’une décision qui a été prise il y a 25 ans. D’autant plus que le choix est laissé à chacun d’appliquer l’ancienne ou la nouvelle graphie et que pendant 25 ans aucun des spécialistes n’a réagi. mister-blues_la-reformeL’anglicisation snobinarde et systématique de la langue française surtout en France aurait bien plus de quoi alarmer les puristes de notre belle langue. Ou encore plus l’invasion d’une nouvelle écriture  dictée pour  rendre plus facile l’envoie des sms. nouveau clavier pour smsTant qu’à parler d’anomalies ou de paradoxes dans la langue française, voici la vidéo de l’humoriste québécois Sylvain Larocque que la lectrice assidue a envoyé de France à T-Bear pour son plus grand plaisir.

Consolons-nous, toutes les langues ont leurs bizarreries bien souvent ramassées au fil des mélanges de langues anciennes ou cueillies au gré des modes ou des progrès scientifiques. N’est-ce pas le changement qui rend vivante une langue ?

 

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans ÉLUCUBRATIONS À T-BEAR. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s