Tout ça, c’est la faute à Roosevelt !

Le 14 février 2016, l’Arabie Saoudite a commémoré le 71e anniversaire du « pacte du Quincy » .

le cuirassé USS Quincy

le cuirassé USS Quincy

Il fut passé le 14 février 1945 à bord du cuirassé américain Quincy entre le président de États Unis d’Amérique Franklin Roosevelt de retour de Yalta et le roi de Hasa (Arabie) Abdel Aziz Ibn Saoud. 

Le pacte maudit

Le pacte maudit

Par ce traité contre-nature, le nouveau leader du monde occidental, champion de la liberté, de la démocratie et de la modernité astreint son pays et par contrecoup le reste du monde occidental à PARRAINER le régime théocratique fondamentaliste et rétrograde d’Arabie saoudite, symbole de rigorisme et d’hermétisme. Et tout ceci pour obtenir l’exclusivité pour les compagnies pétrolières américaines d’exploiter le pétrole saoudien. En contrepartie la monarchie saoudienne obtenait implicitement le soutient américain à l’éviction des Anglais et des Français de leurs colonies en territoires musulmans.

le pacte du Quincy

le pacte du Quincy

Voici ce qui explique la politique américaine dès la fin de la 2e guerre mondiale vis à vis de la Palestine, de l’Égypte sous domination britannique, de l’épopée humiliante de la nationalisation du canal de Suez par Nasser et du lâchage à l’ONU des Français pendant la guerre d’Algérie.

1962 la débâcle française en Algérie grâce en grosse partie au pacte du Quincy

1962 la débâcle française en Algérie grâce en grosse partie au pacte du Quincy

 Voici en gros et en 4 points les obligations partagées :

Les compagnies pétrolières (en exclusivité américaines) concessionnaires ne seraient que locataires des terrains.
– La durée des concessions est prévue pour 60 ans. À l’expiration du contrat (en 2005 !) les puits, les installations et le matériel reviendraient en totalité à la monarchie. 
– Le soutien américain concerne non seulement sa qualité de fournisseur de pétrole à prix modéré mais aussi sa puissance hégémonique sur la péninsule Arabique.
– Les États-unis garantissent La stabilité de la péninsule arabique sous forme d’assistance juridique et militaire dans les contentieux opposant la dynastie Saoud aux autres émirats de la péninsule et donc plus largement de l’ensemble de la région du Golfe. Elles sont déclarées faire partie « des intérêts vitaux » des États-Unis.desert-storm

Ce qui a forcé Bush senior et puis son fils à envahir l’Irak de Hussein allié de l’Amérique dans l’histoire du Koweit, chasse gardée des Saoudiens. Ce qui a obligé les Américains au moment des « printemps arabes » à trahir ses alliances avec les dictateurs modernistes de Tunisie, d’Égypte et de la Syrie Wahhabite et Kurde au profit des extrémistes salafistes intégristes protégés par l’Arabie. 63e72dd0D’accord, Roosevelt moribond ne pouvait pas prévoir le soutient aux terroristes par les rois salafistes saoudiens. Mais pourquoi à son échéance en 2005, le gouvernement Bush junior a-t-il renouvelé ce maudit contrat pour 60 autres années ? latuff-9-11Alors que l’implication de l’Arabie Saoudite dans les attentats du 11 septembre 2001 était si flagrante que le seul avion à avoir eu l’autorisation par la Maison Blanche de quitter l’espace aérien des USA pendant la période d’interdiction de vol fut celui qui évacuait la famille royale saoudienne et les Ben Laden vers l’Arabie ? ob_c9a461_us-isis-saudi-arabiaPourquoi Obama en septembre 2010 puis en 2012 et dernièrement en mars 2015 a-t-il conclu avec l’Arabie les plus gros contrats d’armement jamais fournis par l’Amérique, malgré l’évident soutien des Saoudiens au terrorisme islamique international ?SP20150902_Refugies-1000 Toute notre incapacité à gérer la chienlit des guerres au Moyen Orient, les réfugiés, les attentats terroriste et tout ce bataclan, nous la devons non seulement à Roosevelt et à son pacte du Quincy perverse d’il y a 71 ans, mais surtout à son renouvellement par le triste sir de G. Bush junior et à l’armement fourni par l’administration Obama, approuvé sans problème par le Congrès.Dilem_cdc13_crise-refugies Et toutes ces centaines de milliers de morts, toutes ces vagues de malheureux réfugiés errants à travers l’Europe, tous ces génocides, tout ce désastre monstrueux s’aggrave de jour en jour pour que les Américains puissent continuer à garder le contrôle exclusif du pétrole dans les royaumes et émirats du Golfe !!!petrole-or-noir 

 

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans ÉLUCUBRATIONS À T-BEAR. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s