Liberté

Liberté ? Définition : pouvoir de penser, de choisir et d’agir sans contrainte.liberté

Depuis qu’il vit à la retraite seul dans sa tanière, T-Bear se sent plus libre qu’il ne l’a jamais été depuis sa naissance. À condition qu’il ait un toit sur la tête, de quoi se vêtir et nourrir sa panse comme son esprit. le rêve du printempsN’ayant plus de compte à rendre à qui que ce soit (sauf pour les impôts), il peut faire ce qu’il veut et quand il le veut. Se rendre utile ? Garder ses petits-enfants ? Ce n’est pas une contrainte mais pour lui un plaisir qui comble ses besoins affectifs. Il sait dire non quand ça ne lui convient pas pour une raison ou une autre. Alors, les petits problèmes physiques dus à la vieillesse ne sont que minces factures à payer pour cette sensation de liberté. TiberpetitvieuxSurtout que T-Bear dans l’ensemble jouit à son âge d’une santé scandaleuse pour les médecins et pharmaciens, indécente pour la majorité de ses contemporains encore en vie. Et c’est pour ça qu’il répète à qui veut l’entendre sa formule magique : tout va bien pourvu que cela dure… qui fait rire tout son entourage. Ce n’est pas tant pour plagier la Mamma Bonaparte. C’est bien plus l’optimisme du bonhomme qui emploie cette formule magique en passant devant le 2ème étage alors qu’il tombe d’un édifice qui en compte une trentaine. Falling-manT-Bear est parfaitement conscient que le trottoir approche à grande vitesse et que tout va se terminer bientôt. Mais pour l’instant, il en est à l’euphorie de vivre à la seconde près. T-Bear devrait plutôt craindre les aléas de la vie qui pourraient grignoter ses petits bonheurs avec son illusion de liberté. Il sait très bien que comme tout être vivant, dès notre conception nous sommes entièrement dépendants et prisonniers des besoins de notre corps. Et ses exigences sont les plus écrasantes contraintes à la liberté y compris celle de penser. faim_piscinePuissant ou misérable, personne ne peut faire autrement que de les satisfaire au plus vite pour éviter les douleurs et les problèmes que cet asservissement provoque. On a beau rêver en réel ou en virtuel 3D, dès que la faim nous poigne, adieu veau vache cochon couvée, on les a tous tués vite fait pour les manger. Et si on n’a rien à se mettre sous la dent, et bien on peut aller jusqu’à voler ou tuer malgré tous nos beaux principes. faim_pouleC’est fou combien la précarité du système social peut vite retourner l’humanité à la bestialité, malgré études et diplômes, malgré des générations d’évolution, de progrès et de civilisation. Pas nécessaire de remonter au nazisme, on en a la preuve flagrante aujourd’hui même. Quand ça fait mal sans espoir d’un soulagement immédiat possible, le monde capote bien raide dans la peur, la haine et le racisme. phc3a9romonesPareil pour les besoins sexuels qui déchaîne des brutalités intolérables. Contrairement au besoin alimentaire ces exigences élémentaires ne durent heureusement pas toute la vie. T-Bear est bien heureux que l’âge l’ait débarrassé presque entièrement de cette servitude. Il ne faut pas non plus crier trop vite haro sur le « body ». Il nous apporte nos plus belles jouissances et de plus ses sens nourrissent notre esprit en compensation.  Donc, malgré tout son orgueil de « roseau pensant », pour T-Bear, force lui est d’admettre que sa liberté réduite à ses plus viles contraintes corporelles ne peut être que vanité d’intello.

La liberté guidant le peuple - Eugène Delacroix (1830)

La liberté guidant le peuple – Eugène Delacroix (1830)

Et dire que depuis des millénaires les humains se massacrent les uns les autres pour un principe qui se réduit à ça !!!

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre 

aujourd’hui : Liberté chérie

  

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans ÉLUCUBRATIONS À T-BEAR. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s