Plus que parfait

Continuant sur sa lancée, T-Bear s’interroge sur le pourquoi de cette « fureur de se transformer l’un l’autre, de s’embellir l’un l’autre » dont parlait hier T-Bear dans son billet du 11 avril en citant Paul Valery.

Dieu crée l'homme à son image - Michel-Ange

Dieu crée l’homme à son image – Michel-Ange

Partons du principe le plus répandu dans l’humanité. En tant qu’être humain, JE représente le ZÉNITH de la création puisque Dieu m’a fait(e) à Son image. Ce qui implique que, comme Lui, JE ne peux être QUE parfait(e). Et comme JE suis le nombril de mon monde, JE ne peux être QUE plus que parfait(e) par rapport aux autres prétendant(e)s à la perfection divine. 

Mais l'homme le lui a bien rendu (Voltaire)

Mais l’homme le lui a bien rendu (Voltaire)

Donc, si je tombe amoureux(se) d’un(e) autre humain(e), il ou elle sera forcément plus ou moins à un niveau en dessous de MOI. C’est donc à MOI que Dieu a donné la lourde tâche de rehausser l’OBJET de MON amour à MON niveau supérieur. Comme chacun(e) pense exactement la même chose, ça devient un sérieux problème dès que les efforts de remodelage échouent et ou que le désir s’estompe. 

L'amant pose LA question au mari complaisant dans : préparez vos mouchoirs. Oscar du meilleur filme étranger en 1979

L’amant pose LA question au mari complaisant dans : préparez vos mouchoirs. Oscar du meilleur filme étranger en 1979

Pour illustrer sa réflexion, T-Bear se souvient d’un court dialogue entre Raoul (Depardieu) et Stéphane (Dewaere) dans la remarquable satire de Bertrand Blier : préparez vos mouchoirs. Devant leur commun échec à ramener le sourire à Solange (Carole Laure), l’amant (Stéphane) pose la question au mari complaisant (Raoul) :

Stéphane : Est-ce qu’elle ne serait pas un peu… conne ?

Raoul : Je me suis déjà posé la question… mais non, c’est impossible… Je n’aurais jamais pu épouser une conne.

Et voilà. tout est dit.

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre 

aujourd’hui : manque de synchronisation

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans ÉLUCUBRATIONS À T-BEAR. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s