À la recherche du bonheur

Nous vivons une civilisation en quête du bonheur suprême, un bonheur à tout prix, un océan de bonheur. Y nager, c’est avant tout vouloir atteindre un horizon qui s’éloigne toujours. Car chercher le bonheur signifie qu’on ne l’a pas encore trouvé. Peut-être parce qu’il est plus important de vivre le bonheur qu’on peut générer en soi plutôt que de le chercher ailleurs. T-Bear vous invite à écouter une entrevue à Radio Canada de Frédéric Lenoir à ce sujet et à vous imprégner en même temps de ses idées et de la réelle joie de vivre qui émane de lui : le bonheur expliqué par Frédéric Lenoir.

Et puis, pour vous préparer à jouir de cette fin de semaine de pleine lune, voici un poème que T-Bear avait écrit il y a quelques années en se promenant sur l’Île-des-Moulins un jour d’automne. 

Flâneries d’un pépé paisible

Mes petits sont quelque part en la ville

Et je promène mon âme tranquille

Et mes pensées vagabondes.

Autour de mon mini monde.

Je me sens… bien.

post-38

À la manière d’un chien,

Des feuilles mortes m’accompagnent

En battant devant moi la campagne,

Flairant un peu tout et s’attardant à rien.

Je me sens… bien.

écureuil

 

Au loin, la rumeur des humains

Bourdonne comme des abeilles

Pour dire que la vie est là qui veille.

Un écureuil traverse mon chemin.

Je me sens… bien.

duree-promenade-chien

Arrive un petit chien.

En remuant la queue, il me flaire

Et puis trottine son itinéraire.

La vie qui va, la vie qui vient :

Je me sens… bien.

dscf1708

 

Un cliquetis attire mon regard

C’est un joueur de fer quelque part.

Le soleil à travers les nuages épars

Cligne de l’œil comme ça, pour rien.

Je me sens… bien.

le rêve du printemps

Il en faut si peu, si peu

Pour être heureux.

T-Bear 27.11.2011

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre 

aujourd’hui : jamais content

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans ÉLUCUBRATIONS À T-BEAR. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s