À l’ombre de moi-même

Est-ce ce début de printemps en trompe l’oeil avec son soleil froid qui berce de poésie l’âme de T-Bear ? Ou bien l’éternel questionnement sur l’être ? En tout cas, voici son dernier poème en date, tout plein de questions existentielles.  

Zoo-De-La-Boissiere-15

À l’ombre de moi-même

Accroupi  à l’ombre de moi-même,

Paupières closes voilées de lumière,

J’échafaude en pensée ce poème,

Pour spéculer sur tous mes HIER.

🐻

Sur les sentiers de mon cerveau,

Je glane ses archives en lambeaux.

Émerge des brumes mon petit Être,

Tout à explorer, éponge à connaître.

🐒

S’agite avec vanité le flandrin d’adolescent,

Mains pleines de ses exploits d’innocent.

Je trime, adulte pagayant des quatre mains

Pour assurer ma famille de bons lendemains.

🐼

Et voici brisant ses chaînes le fier retraité,

Chevauchant le monde, ivre de sa liberté.

Enfin maintenant le vieillard recroquevillé,

Recyclant ému ses souvenirs éparpillés.

🙈

Désirs et rêves qu’êtes-vous devenus ?

Et tous ces riens qui m’ont appartenu,

Ces indispensables et compulsifs superflus,

Disparaissent-ils dès qu’on ne les aime plus ?

🙊

Que vont donc devenir tous ces MOI,

Qui ont vécu réels au présent, autrefois ?

Seront ils à jamais avec moi ensevelis ?

Ou dans l’au-delà échappent-ils à l’oubli ?

T-Bear 26/04/2016

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre 

aujourd’hui : incohérence

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans poète, poète. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s