Faut pas s’enfler la tête

Quand T-Bear a fréquenté l’école primaire puis secondaire dans les années 40 et 50 du XXe siècle, elle n’était pas mixte comme maintenant. Ce n’était pas tellement à cause de la promiscuité sexuelle et de ses risques, des principes religieux ou de la morale de l’époque mais surtout parce que les programmes scolaires étaient différents. Les filles devaient se contenter d’apprendre à devenir épouses et mères. ob_d8ed73_ecole-menagereTandis qu’aux garçons était dévolue une éducation plus intellectuelle et scientifique. Elle devait les diriger vers des études supérieures, eux qui l’étaient génétiquement, croyait-on. « ON » justifiait cette discrimination par la soit-disant différence du volume du crâne et par conséquent du cerveau. Toutes les femmes étant par nature plus petites que les hommes, leur tête est conséquemment moins volumineuses, c’est l’évidence même. N’est-ce pas ? 1160463-la-difference-de-taille-ce-n-est-pas-580x0-2Cette équation prouvait hors de tout doute leur infériorité. Malgré des décennies de libération de la femme, une majorité de mâles occidentaux en sont encore hypocritement persuadés. Remarquez que ce même postulat sert toujours aux racistes à prouver la suprématie des bons Aryens, les blancs, sur toute autre race de notre espèce. Et bien entendu celle des humains sur les animaux. vlcsnap-2014-05-12-12h40m35s7Ce qui permet à notre civilisation de saccager sans vergogne autant les autres cultures en imposant la sienne que notre environnement. Pourtant, si l’on suit à la lettre cette logique, les hydrocéphales et les victimes du nanisme ou du zika entre autres devraient tous être des super génies. maxresdefaultCette théorie qui démontre la supériorité du mâle et de l’Occidental est tenace, particulièrement aux États Unis d’Amérique. Et même parmi les scientifiques. Pour la majorité d’entre eux, les vivipares auxquels les humains appartiennent étant les derniers maillons de l’évolution, ils ne peuvent être que d’une intelligence supérieure à toute autre catégorie. theorie-evolution-darwin-dessins-1-1-696x362C’est imbues de ce principe que les recherches éditées en 2014 sur l’intelligence animale portant sur 36 différentes espèces avaient écarté les oiseaux, les poissons, les reptiles et les insectes. De toute manière il semblait à la science que le rapport proportionnel entre la taille de leur corps et celui de leur cerveau les éliminait d’office. Ainsi en avaient-ils conclu qu’effectivement les primates précurseurs de l’homme étaient bien les plus intelligents à cause du volume de leur boîte crânienne. B_Homo_obesus-770x296Or voici que vient de paraître dans la très respectable revue Royal Society Open Science une étude identique MAIS incluant « au moins » certains oiseaux réputés intelligents. Scandale, horreur et damnation, tout prouve que les corvidés soumis aux mêmes testes d’aptitude sont au moins aussi intelligents que les primates bonobos et gorilles, nos cousins directes. Leur conclusion révolutionnaire et presque blasphématoire est que « EN MATIÈRE D’INTELLIGENCE, IL N’Y A PAS QUE LA TAILLE DU CERVEAU QUI COMPTE« .

emmission-579Donc, Mesdames, quand un phallocrate arriéré vous accusera d’avoir « une cervelle d’oiseau« , soyez-en fière car il reconnaîtra inconsciemment que vous êtes certainement plus intelligente que lui.

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui : campagne électorale des Républicains made in USA.      

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans CHIANTIFIQUEMENT PARLANT, découvertes et théories. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s