C’est qui qui ?

« —- s’est éteint à l’âge de 86 ans » annonce le gars des nouvelles à la TV. —-, un ex champion renommé autrefois si tant tellement que T-Bear ne s’en souvient absolument pas. Il retient juste l’expression « il s’est éteint ». Ce qui présuppose que —- s’est allumé 10 ans avant T-Bear. maxresdefaultÇa voudrait dire que quelque part quelqu’un a pesé su’l piton (appuyé sur l’interrupteur) pour que le courant passe entre une femelle et un mâle, pi le temps (9 mois) que les circuits chauffent et voilà : youps, ça allume une nouvelle vie.

The symbol of lighting the lamp on a white icon on a blue background. Isolated background.

The symbol of lighting the lamp on a white icon on a blue background. Isolated background.

Pendant un certain temps elle va s’agiter chaotiquement tous azimuts en pleine lumière jusqu’à temps que : youps, d’un coup quelqu’un quelque part tire la plogue (débranche). Le courant ne passe plus, même si tous les appareils sont encore branchés. Y a plus de service, même s’il y en a partout ailleurs. cxl_sc19Alors T-Bear se pose des questions histoire de s’éclairer la coconut (le cerveau) tant que le fluide passe encore pour lui. Alors voilà la première. En attente d’être connectée, il a bien fallu que l’énergie soit en quelque part en attente dans les circuits. Electric PlugEt là, curieux, y a personne qui s’intéresse sur cet AVANT la connexion. Comme si ce qui déclenche la vie n’avait aucun intérêt. Comme si tout le problème qu’on se pose sur l’existence c’est quand et pourquoi elle s’éteint. Il y aurait peut-être à comprendre l’AVANT pour expliquer L’APRÈS, non ? 67-panneDeuxième question. C’est qui qui zigonne (manipule par plaisir ou par malice) après le piton des vies ? C’est là que les avis diffèrent jusqu’à s’entretuer, histoire de précipiter le contestataire dans l’au-delà pour qu’il puisse voir définitivement qui a raison. conflit religieux2Malheureusement, y a jamais eu personne pour revenir dire si le courant est continu malgré l’interruption. D’où l’importance du retour à la source et de chercher d’OÙ VIENT et QUOI PRODUIT le courant qui énergise nos molécules et qui fait de nous des ÊTRES VIVANTS.

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre 

aujourd’hui : Hiroshima.    

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans ÉLUCUBRATIONS À T-BEAR. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s