Ah, si j’avais les ailes d’un ange !

« J’aime flâner sur les grands boulevards, y a tant de choses tant de choses à voir » chantait Yes Montand au siècle dernier. C’est toujours vrai comme le montre cette vidéo d’un touriste dans Paris (avant l’inondation) : marcher autour des Halles (de Paris).

Tant de gens, tant de bruits, tant de détails pour vous en mettre plein les yeux et plein les ouïes. Par contre, les immeubles ne dévoilent qu’un coin du ciel. Aucune vue d’ensemble, on ne peut voir plus loin que le bout de son nez… le nez de Pinocchio bien entendu… ou à la rigueur celui encore plus extensible (pour les mêmes raisons) mais malgré tout à la vision ô combien limité des politiciens. n-PINOCCHIO-large570Pour acquérir une meilleure vue d’ensemble, il faut monter plus haut, beaucoup plus haut. Ou chevaucher un aigle comme dans cette vidéo : le vol de l’aigle.

Pourtant, même l’oiseau ne peut vivre éternellement d’azur et d’espace. Il a besoin de redescendre pour retrouver les détails de cette autre réalité du terre à terre. Ah, « si j’avais les ailes d’un ange !«  comme le chantait Robert Charlebois. 503971-cascadeur-gary-connery-vetu-combinaisonAvec les fulgurants les progrès que nous vivons, peut être pourrons-nous bientôt nous donner individuellement des ailes pour survoler le difficile, prendre assez de distance pour revenir plus sages afin de mieux gérer nos problèmes.

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre 

aujourd’hui : paradoxe.    

 

 

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans ÉLUCUBRATIONS À T-BEAR. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s