Biscuit assorti : l’éloge de la caresse.

Biscuit assorti

Biscuit assorti

Qu’est-ce qui a fait que le chien ou le chat s’est laissé asservir par les humains ? La bouffe ? Nous sommes bien capables de nous nourrir tout seuls comme nos cousins sauvages. Le gîte ? Il y a des grottes confortables pour faire une bien meilleure tanière qu’une niche et bien plus sécuritaires que les maisons qui prennent feu comme celle du voisin d’en face. L’amour des humains ? Ça dépend des quels. La plupart sont grincheux, autoritaires et parfois cruels. Vraiment pas de quoi aliéner sa liberté pour tout ça. Alors ? Alors il y a la caresse, cette jouissance absolue que seules les divines mains humaines peuvent autant et totalement combler. Une fois qu’on s’est fait caresser, on ne peut plus s’en passer. Ça devient compulsif, une véritable drogue qui nous hante jusque dans notre sommeil.

caresses sensiblesEt les humains ont la MAIN pour vous gratter juste à la base derrière les oreilles… ou sur l’échine… ou sur le ventre.  Il y a bien entendu la caresse sur le sommet du crâne avec les tapotements qui nous avertissent que les câlins vont cesser. Ou pour confirmer une nouvelle amitié condescendante quand c’est un étranger qui nous approche.

caresser-chien_mentonMa meilleure place reste en dessous de la mâchoire, plus précisément là où les humains ont un menton. Ahhhh ! rien que d’y penser j’en jouis. C’est mon compagnon humain qui m’a fait découvrir cet endroit et il me l’accorde bien gentiment. Ma compagne humaine, me gratte plutôt le dessous du ventre, celui qu’on montre en se couchant sur le dos les 4 fers en l’air pour déclarer notre soumission dans notre langage canin. femme-caresse-un-chienQuand le couple regarde la télévision, je me place entre eux pour qu’ils me caressent chacun d’une main ou alternativement pendant toute la soirée, le bonheur suprême. Et eux aussi ont l’air de partager mon plaisir. je-n-aimerais-guere-croiser-ce-chien-dans-image-328840-article-ajust_930Le plus curieux c’est qu’eux-même ne se flattent presque jamais. Pendant longtemps j’ai essayé de comprendre cette énigme paradoxale : alors qu’ils ont des mains magiques pourquoi ne s’en servent-ils pas beaucoup plus souvent pour générer une telle délectation entre eux plutôt que d’en faire profiter un animal ? Je ne m’en plains surtout pas. Mais de temps en temps ça me questionne la cervelle. J’ai mes hypothèses.

Quelquefois je réfléchis à ça

Quelquefois ça me questionne la cervelle

Sauf quand ils se lavent et parfois aussi quand ils copulent, les humains portent TOUJOURS des peaux artificielles qu’ils changent souvent. C’est certainement moins sensible et engageant au toucher qu’une fourrure. Quand j’étais jeune, je croyais qu’ils pouvaient changer de peau naturellement comme Rama, le caméléon que les enfants déplacent dans sa cage à travers la maison pour lui faire changer de couleur. vente de trottoirJusqu’au jour où ma compagne humaine m’a promené dans une rue où il y avait une vente de trottoir. J’ai vu des tas de peaux pendre et bouger au vent hors de tout corps. C’est en les humant alors qu’elle n’avaient jamais été habitées que je me suis aperçu qu’elles n’avaient pas d’odeur vivante ou morte comme une peau ordinaire mais inerte.

Les humains ont honte de leur corps sans fourrure et c'est pour ça qu'ils le cachent dans des peaux artificielles - sculpteur australien Ron Mueck

Les humains ont honte de leur corps sans fourrure et c’est pour ça qu’ils le cachent dans des peaux artificielles – sculpteur australien Ron Mueck

Et c’est là que j’ai compris que c’était des peaux artificielles. Quand ils sont tout nus, ils répandent  leur véritable exhalaison et leur vraie peau n’a presque pas de poil comme les cochons que j’ai vu une fois dans une ferme. Je ne sais pas pourquoi ils ont HONTE  de leur corps ??!! D’ailleurs, en publique, les humains adultes ne se caressent pas quand ils se rencontrent, comme ils le font avec nous quand ils nous abordent. 819284-katherine-heigl-caresse-un-chien-qui-637x0-2Ils tapotent parfois les cheveux des enfants. Ou encore, quand ils la laisse pousser, les mâles se flattent les poils qui leur entourent la mâchoire. Leur approche amicale débute le plus souvent en se secouant une patte avant. Les femmes se donnent entre elles plutôt des bisous sur les joues. Quand aux amoureux, ils se ventousent bruyamment au bouche à bouche dans des coins retirés et surtout quand il fait nuit. Tout, sauf des caresses. se serrer la pinceDans l’intimité de leur chambre, c’est la touffe sur le sexe de sa femelle que mon compagnon humain cajole pour l’émoustiller. Lui aussi est un peu velu à cet endroit là, mais c’est son pénis qu’elle préfère manipuler. Pour le reste de leur corps imberbe, leurs caresses sont plutôt brèves. jeux de mains a2Ce qui me confirme que s’ils avaient une fourrure comme nous autres, ils se caresseraient beaucoup plus souvent et ils n’auraient pas besoin de peaux artificielles pour se protéger… ni d’animal de compagnie. Les pauvres, je les plains pour cette frustration, car incontestablement ils éprouvent autant de plaisir à nous donner la caresse que nous à la recevoir… À bien y réfléchir, c’est tant mieux car s’ils étaient velus, ils n’auraient probablement pas besoin de nous.

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui : le Brexit vu par les petits oiseaux.

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans Biscuit assorti, CONTES FAFERLUS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Biscuit assorti : l’éloge de la caresse.

  1. Il est drôlement observateur, futé et philosophe ce Biscuit.
    Très belle journée, ici mais un peu fraîche; Ce soir, le ciel est clair, la lune presque pleine brille de tout son éclat, les étoiles aussi. Il ne va pas faire chaud cette nuit, je vais vite filer au chaud sous la couette.
    Bon après-midi à vous.

    J'aime

  2. tbearbourges dit :

    On nous annonce pour demain jeudi le cocktail de printemps qu’on a d’habitude dans les premières semaines de mars : neige, pluie verglaçante et pluie… et du gros froid pour Pâques.
    Mais le printemps arrive.
    Bonne nuit sous la couette et beau jeudi.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s