Biscuit assorti : une vie de chien.

Biscuit assorti

Biscuit assorti

Comme tout chien traité convenablement, je me sens bien dans ma peau. Comment faire autrement d’ailleurs ? Je n’en ai qu’une, alors autant l’aimer et c’est pour ça que je suis l’être que j’aime le plus au monde. Après il y a les ami(e)s et les humains qui me dispensent caresses et affection. Certains en me voyant la première fois rient de moi, mais ça ne me dérange pas. Comme ils ne croient qu’à ce qu’ils voient, ils ne s’attachent qu’à l’aspect. Pas les animaux. Nous, c’est l’odeur qui compte et ça n’a rien à voir avec l’apparence.

Photo Lucie Bourges

Photo Lucie Bourges

Ce sont les effluves des autres qui priment puisqu’elles nous indiquent le principal : ami ou ennemi. Que l’autre soit maigre ou gros, grand ou petit, d’une race ou d’une autre, quelle que soit sa couleur, peu importe. La question est : peut-on se sentir ou non. Même entre mâle et femelle pendant chaleurs et rut. Une simple snifée à distance m’avertit non seulement si elle est désirable mais aussi sans erreur quel est son caractère, ce qui est bien plus important que la beauté.

la mystification des premières pariades entre humains

la mystification des premières pariades entre humains

N’ayant confiance qu’en leurs yeux, les humains sont séduits en premier par l’esthétique et c’est bien ennuyeux pour eux car ils ne peuvent se fier qu’à l’enveloppe et non au contenu. C’est pour ça que dans leur obstination à rester en couple, ils se trompent si souvent sur la personne après la frénésie de leurs premières pariades. Comme c’est le regard de l’autre qui les révèle à eux-même, ils s’obligent à tricher pour mieux paraître en couvrant leur vraie nature de peaux et de senteurs artificielles.

falsifier sa nature avec des peaux et des senteurs artificielles

falsifier sa nature avec des peaux et des senteurs artificielles

Ça fait bientôt 6 ans que je vis avec les humains et j’en suis arrivé à la triste conclusion qu’à force de se mystifier eux-même, aucun d’entre eux n’arrive à se sentir bien dans sa natureté… surtout les femelles. Je pense que leurs deux inventions les plus néfastes pour elles sont le miroir et la balance qui déforment tout dans leur tête. balanceComment pourraient-ils rester sains d’esprit quand pour se frauder eux-même ils passent leur temps à se martyriser en se privant de nourriture ou en se faisant suer avec des instruments de torture inimaginables. Et tout ça, juste pour perdre quelques rondeurs pour les femmes ou en ajouter à leurs muscles pour les hommes ? Comment peuvent-ils aimer les autres si ils ne s’aiment pas eux-même ? fitnessEt le pire c’est qu’au nom de ces principes fallacieux, les parents enseignent dès le berceau à leurs enfants à ne jamais pouvoir se sentir bien dans leur vraie peau. À l’inverse de la nature, ils leur apprennent à avoir honte de leur corps et à le cacher. pudeurQuelle vie d’humain ! Je ne voudrai la troquer avec la mienne pour rien au monde. Tant qu’ils nous caressent à notre demande, qu’on est nourri, logé, baigné, promené, et décrotté, c’est tellement mieux une vie de chien !!!

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre  aujourd’hui : manifs et hooligans pendant l’Euro de foot en France.

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans Biscuit assorti, CONTES FAFERLUS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Biscuit assorti : une vie de chien.

  1. Toujours aussi bon penseur et raisonneur ce Biscuit. Il est très intéressant et ses réflexions sont très justes.
    Bon alors si j’ai bien lu, ça y est vous pouvez penser Printemps, ça c’est sympa. Chez nous toujours de la pluie et du soleil. A priori, le week-end de Pâques devrait être meilleur … à suivre.
    Bon jeudi après-midi au soleil … j’espère.

    J'aime

  2. tbearbourges dit :

    Oui, il y a du soleil, même si il a neigé ce matin. Demain vendredi la température devrait remonter à +12°C !!!! Si si si !!!! Hélas, samedi on annonce entre 10 et 15 cm de neige et Pâques se passera sous le point de congélation. Mais ça s’en vient.
    Bonne nuit et bon vendredi saint.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s