Biscuit assorti : séduit et abandonné

Ma famille humaine est de retour d’un petit tour à la mer. Comment je le sais ? Tous leurs membres sont habillés des odeurs qu’ils ramènent d’ailleurs. Ils goûtent salé et ça ne serait pas désagréable si ils n’étaient pas beurrés d’un crémage écoeurant qui pue. En tout cas, je suis maintenant pleinement rassuré et tout heureux de les revoir. Je leur fait la fête pour bien leur montrer ma joie et ils me le rendent bien surtout mon cher petit mâle. mon-chien-leche1Ensuite, je vais manger quelques granules dans ma gamelle histoire de me persuader que tout est rentré dans l’ordre et puis je m’en vais pisser dehors pour calmer mes émotions. Non pas que je craigne vraiment qu’ils m’abandonnent. Ils s’en vont comme ça au moins 2 fois par ans, ramenant à peu près les mêmes odeurs. Et puis, comme d’habitude, ils m’ont laissé à la maison bien au chaud avec T-Bear, le voisin humain qui prend soin de moi à chaque fois que mes humains s’absentent pour plus d’une journée. Il est très gentil bien qu’un peu vieux pour courir après la baballe, mais on se comprend très bien. Il est le seul à qui je peux confier mes pensées. Et puis, mon petit homme, le dernier né de la famille serait tellement désespéré si je disparaissais que pour rien au monde sa maman ne voudrait lui faire tant de peine.

Hachiko, le chien le plus fidèle du monde que le sculpteur Tsutomu Ueda a immortalisé dans le jardin de l'université de Tokyo

Hachiko, le chien le plus fidèle du monde que le sculpteur Tsutomu Ueda a immortalisé dans le jardin de l’université de Tokyo

Non, ce n’est pas ça qui m’inquiète vraiment quand ils s’en vont. Un chien n’a jamais de sommeil paisible pendant que ses humains sont hors de sa protection. Ils sont tellement fragiles et inconséquents qu’il peut leur arriver n’importe quoi. J’en ai la triste expérience. Je ne me souviens pas vraiment de ma mère ni de mes frères, sinon une sensation de chaleur, une odeur sécuritaire de meute et de lait suret. Je n’ai jamais retrouvé depuis son goût chaud. Et puis, brusquement ils ont disparu. Portee 2008 035Des mains m’ont emporté et je me suis retrouvé tout petit entouré de géants. J’avais peur, j’avais froid, je voulais retourner me coller au ventre de ma mère. Mais j’avais beau pleurer, trembler et pisser partout, je ne l’ai jamais revue. Et puis, je me suis habitué à ces premiers humains en grandissant. Quatre saisons plus tard, à la fin de l’hiver, l’homme de la maison m’a emmené en laisse comme si on allait se promener. Il m’a attaché après un poteau comme il le faisait souvent pour entrer dans une boutique. Je ne l’ai jamais plus revu non plus. h-20-2316153-1290597387Il a dû lui arriver quelque chose de terrible parce qu’il m’aimait beaucoup. Même qu’après m’avoir attaché, il m’a caressé longuement la tête et m’a serré dans ses bras. Il a dû s’égarer… En tout cas, j’ai attendu des heures. J’avais froid, j’avais faim, mais rien n’égala le tourment de mon inquiétude, puis de ma crainte, puis ma douleur d’être encore une fois orphelin. Chiens-sauves-de-la-fourriereC’est un camion avec d’autres chiens dedans qui est venu me chercher. Après 2 nuits passées dans un enclos où nous étions beaucoup à hurler notre désespoir en piétinant nos excréments, une femme est venue me palper, m’ouvrir ma gueule, me regarder dans les oreilles et puis elle m’a entraîné avec d’autres chiens en laisse aussi. Un homme en blanc m’a refait des examens sur une table dans une pièce blanche. Je me suis  retrouvé avec toutes sortes d’animaux mais dans des cages séparées. imagesAu moins il faisait chaud et, quand les lumières s’allumaient, des humains passaient, surtout des enfants. La nourriture était bonne et nous étions bien nettoyés. cependant, mon chagrin crispait tout mon être et la nuit je faisais des cauchemars. J’avais tellement envie de chialer, mais très vite j’ai compris qu’il fallait que je me taise, ma survie en dépendait. Les animaux qui montraient trop leur malheur étaient traînés hors de leur cage et on ne les revoyait plus jamais. L’instinct de survie nous disait qu’ils avaient été tués. Alors on a appris à souffrir en silence tout en faisant le beau pour plaire le jour et à communiquer entre nous nos malheurs en hurlant notre souffrance la nuit quand il n’y avait plus d’humain pour nous entendre. 10269994_542804512505801_801939611_nComme nous étions dans une grande maison sans dehors , je ne pouvais reconnaître les saisons qu’au renouvellement de ma pelure et aux changements de peau artificielle des humains. Seule ma vessie me disait que l’on entrait dans une lunaison. De temps en temps des visiteurs emmenaient l’un d’entre nous et on savait qu’ils avaient trouvé une certaine liberté dans une famille d’accueil. Alors chacun tournait sur place en jappant, pour leur souhaiter bonne chance. Au long de ces journées d’ennui, ma désolation s’est transformée en tristesse intérieure et puis en résignation. chiot-animalerieEt un jour, le miracle. Je l’ai senti dès que le petit garçon s’est approché de ma cage. On s’est regardé et tout de suite nos âmes et nos coeurs se sont liés. La fillette, plus jeune, est venue ensuite puis les adultes. J’ai compris que les adultes, surtout la mère, n’étaient pas d’accord. Alors, j’ai fait le beau, le soumis et tout le jeu de la séduction. L’homme a lâché en premier et s’est mis du côté des enfants. Quand ceux-ci on commencé à pleurer parce que la femelle voulait les entraîner dehors, j’ai su que c’était malgré tout gagné. Et finalement ils m’ont poussé dans leur voiture.

mon portrait peint par T-Bear

mon portrait peint par T-Bear

Ça fait beaucoup de printemps que je vis avec eux. À cause de ma bonne humeur, tout le monde s’est pris d’affection pour moi, même la mère. Mais ça ne fait rien, chaque fois que je vois leurs bagages, j’ai peur qu’ils se perdent eux aussi et, malgré T-Bear et ses bons soins, je tremble jusqu’à ce qu’ils soient de retour sains et saufs. Les humains sont tellement fragiles et inconséquents qu’il peut leur arriver n’importe quoi quand on n’est pas là pour les surveiller et les protéger.

Rajout et réflexions de T-Bear suite à ces confidences de Biscuit assorti

abandon-danimaux

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux insolences d’un T-Bear libre au pays de la poutine en cliquant sur le logo ci-contre 

aujourd’hui : Prescription contre la déprime.

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans Biscuit assorti, CONTES FAFERLUS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Biscuit assorti : séduit et abandonné

  1. Chic, j’ai mon conte pour aller faire dodo ensuite.
    Il a de la chance de vous avoir ce toutou, vous pouvez deviser tranquillement quand vous êtes ensemble.
    Bon après midi avec un temps de printemps, j’espère. Ici, ciel bleu , soleil mais vent très frais. Je pensais aller voir l’Océans en fin d’après-midi, mais je me suis arrêtée à 1/4 du trajet … j’avais des courses à faire et maintenant, je suis occupée tous les après-midis gr…gr…gr….

    J'aime

  2. tbearbourges dit :

    Un beau +3° avec soleil et presque pas de vent… et ils annoncent +17° pour vendredi. Ici, quand on se dégage de l’hiver, on tombe presque tout de suite en été, mais… il peut encore y avoir du froid et des giboulées de neige même en mais. En tout cas, les gros froids sont terminés et les migrateurs arrivent à pleines volées. Bonne nuit et bon mercredi

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s